Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Terre Autochtone

Terre Autochtone

Le blog des aborigènes d'Europe, par Antonin Campana


Le crime de Nadine Morano : reconnaître un peuple que la République veut effacer !

Publié par Antonin Campana sur 5 Octobre 2015, 12:34pm

Catégories : #Antijaphétisme

Le crime de Nadine Morano : reconnaître un peuple que la République veut effacer !

Face aux propos « insupportables » de Nadine Morano sur la « race blanche », Manuel Valls a éructé bave aux lèvres que « Marianne n’a pas de race, pas de couleur ». Et il a raison !

Il a raison parce que Marianne incarne la République* (1). Il a raison parce que la République est un régime politique dont les principes sont universels. Il a raison parce que sous prétexte de cette universalité, la République prétend pouvoir faire « vivre ensemble » des hommes de toutes les races, de toutes les couleurs, de toutes les religions, de toutes les origines, et qu’elle ne s’en prive pas grâce à des politiques d’immigration aujourd’hui, comme de colonisation hier (immigration et colonisation étant les deux faces d’une même réalité idéologique).

Mais Morano ne parlait pas du régime politique temporairement en place (« Marianne ») mais d’un espace civilisationnel millénaire (un « pays » dit-elle) et d’une nation* séculaire (la « France* » ajoute-t-elle). Valls est en plein délire républicain lorsqu’il confond nos ancêtres qui ont peint la grotte Chauvet, qui fondèrent une nation gauloise, qui bâtirent des Cathédrales, qui marchèrent derrière Jeanne d’Arc ou qui furent décimés par les violences républicaines, avec cette pauvre « Marianne », prostituée soumise à l’oligarchie, ne respectant que ceux qui la forcent, voyez la décolonisation, voyez la Nouvelle-Calédonie. Là-bas, la gueuse a courbé la nuque et écarté les jambes, reconnaissant le peuple kanak comme « population d’origine », reconnaissant son nom, son identité, sa civilisation, ses traditions, reconnaissant la nécessité de restituer à ce peuple son « identité confisquée », ses symboles, sa culture… (Loi organique 99-209 et Accords de Nouméa).

« Kanak » : un nom reconnu par la République  qui renvoie donc à la « population d’origine » de la Nouvelle-Calédonie.  Mais comment Nadine Morano pouvait-elle nommer la « population d’origine » de la France ? Par quel nom ? « Français » ? Mais ce mot ne veut plus rien dire ! C’est un nom volé aux Autochtones de ce pays, que la République universelle a donné aux multitudes extra européennes venues s’installer au milieu de notre peuple (et même souvent à des populations étrangères résidant encore dans leur propre pays !). Pour juger de l’indécence, imaginons qu’elle ait indistinctement nommé « Kanaks » les natifs de l’archipel et par exemple les métropolitains venus s’y installer !

Dès lors, ne trouvant pas de nom à notre peuple, est-il étonnant que Nadine Morano utilise les mots que l’on entend couramment, dans des contextes toujours stigmatisant d’ailleurs, lorsqu’un policier « blanc » tue un jeune « noir » par exemple, ou quand il s’agit d’enseigner que les « blancs » ont colonisé l’Afrique ou exterminé les Indiens d’Amérique ? Le mot « blanc », qui renvoie bien à un groupe ethnique ancestral, une race et une couleur donc, ne peut-il être employé qu’à condition de porter atteinte à cette « race » sans jamais la considérer avec justice ? N’est-ce pas alors du racisme ?  Et comment Nadine Morano pouvait-elle donc nommer la « population d’origine » de ce pays sans faire état de cette « blanchitude », insuffisante certes pour la caractériser mais  que seul le déni de réalité peut faire contester ?

En vérité, si Morano parle de « race blanche » c’est précisément parce qu’elle y est contrainte en raison de ce crime odieux commis contre le peuple autochtone* de ce pays. Car c’est un crime de priver un peuple de son nom, de l’en déposséder pour en faire une catégorie administrative ouverte à tous les vents, l’empêchant par  cela de se nommer, et pire : de se penser ! Un peuple qui n’est plus nommé est un peuple qui cesse d’exister, que l’on peut nier comme le fait la République : c’est une extermination symbolique, un crime contre l’humanité.

En tant que républicain, Manuel Valls devrait avoir la décence de demander pardon. Nous lui suggérons cette formule, qu’il pourra peut-être un jour - l’Histoire n’étant pas avare de retournements spectaculaires - réciter devant un TPA (Tribunal Pénal Autochtone) :

« Au nom de ce régime totalitaire qui s’est artificiellement identifié à la France, qui a sans scrupule dépossédé les Autochtones de leur nom, le confisquant pour son usage, le vidant injustement de son riche contenu identitaire, le privant de son antique dimension européenne afin de le réduire à un statut juridico-administratif distribuable  à tous les hommes de la terre quelles que soient leur origine, leur race et leur religion, moi Manuel Valls, misérable ministre de ce régime politique criminel, je demande pardon ».

Et tant qu’il y est, qu’il demande aussi pardon à Nadine Morano, dont le seule crime est d’avoir révélé malgré elle l’existence d’un vieux peuple blanc qui construisit une civilisation prestigieuse et que la République sans couleur entend définitivement « effacer ».

 

Antonin Campana

 

  1. Les mots affectés d’un astérisque renvoient à notre Glossaire

Commenter cet article

lafronde 07/10/2015 01:32

Il me semble que la césure dans les politiques publiques se fait avec le 1er gouvernement Chirac, sous la présidence de VGE. Celui-ci apportera de mauvaises réponses au choc pétrolier. En effet VGE ne croyait pas aux vertus du libéralisme économique. Il a augmenté la pression fiscale pour aboutir à anémier l'économie et hausser le chômage. Les tenants du programme commun de la gauche n'avaient plus qu'à ramasser la mise électorale.

Mais VGE et Chirac ont commis une faute. C'est le regroupement familial en France. De là date la redistribution massive envers les immigrés, vite installée en assistanat à vie, d'autant plus que l'économie ralentissait. On peut donc soutenir qu'avant 1974, l'immigration est au travail, et rapporte autant qu'elle coûte; Après 1974 c'est 40 ans de dilution de la nation française historique encouragée par l'Etat providence.

La politique nataliste appliquée à une population exogène s'est montrée particulièrement toxique. Trop de familles de où la femme est infériorisée, ignare et aliénée ont pris l'argent et délaissé l'éducation de leurs propres enfants. Laissés le soir dans la rue, et mis à charge souvent leur vie durant sur le compte du pays d'accueil. Le coût engendré par cette population inéduqué regroupent les prestations en éucation, logement, allocation, justice police. Ce tribut c'est le contribuable qui le paye. Il est d'ampleur comparable au déficit budgétaire, et a comme effet d'aggraver le chômage de masse.

Si l'on cherche un vocable, pour les français de souche, davantage que la race, l'expression de JMLP "français de mille ans" me semble adéquate.Si l'on veut partager notre nation avec ceux qui la respectent, et qui la méritent on peut dire "français assimilé" qui est un engagement plus fort que simplement "intégré". On peut essayer aussi « français d'avant le programme commun » (de la gauche)

La Républque française a universellement bradé sa citoyenneté. Sans doute est-il temps que les provinces françaises s'émancipent de la tutelle toujours néfaste de Paris, et emmettent elle-même une citoyenneté régionale. Pour cela il faut que les peuples de France retablissent leurs Etats et Parlements de province (supprimés lors de la Révolution) et se mettent en mesure de ne plus payer que le moins d'impôts possible à Paris. Fini la TVA et la sécu, travailler et commercer au noir. Couper les vivres aux politiciens de la reditribution et du clientélisme. L'essentiel des services à la population peut être fait au niveau des départements, s'ils se dotent d'une fiscalité propre.Sans votre argent, le pouvoir républicain ne peut plus financer son immigration clientéliste et électorale.

Pourquoi les identitaires ne lanceraient pas des listes régionalistes et autonomistes lors des élections régionales ?

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents