Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Terre Autochtone

Terre Autochtone

Le blog des aborigènes d'Europe, par Antonin Campana


Une femme est-elle un homme sans testicules ?

Publié par Antonin Campana sur 1 Février 2016, 14:57pm

Catégories : #Les joies de la nation Frankenstein

Une femme est-elle un homme sans testicules ?

[Pour entrer dans la Police, un homme doit pouvoir lancer un poids de 6kg à 6,90 mètres et une femme un poids de 4kg à 5.50 mètres. Pourquoi cette différence ? La République est-elle sexiste ou veut-elle artificiellement abolir les rôles sociaux masculins et féminins ?]

 

Dans une autre vie, je travaillais pour une grosse entreprise de logistique. Un jour, un train spécial de l’armée est arrivé d’un 14 juillet à Paris. Il transportait du matériel et une quarantaine de militaires. Immédiatement, j’ai repéré deux catégories de soldats : ceux qui avaient les cheveux courts presque rasés, manifestement dotés de testicules, et d’autres, au bassin plus large, qui portaient les cheveux longs et sans doute un utérus. Les soldats aux cheveux courts ont commencé à décharger de lourdes caisses, pendant que les soldats aux cheveux longs attendaient en papotant auprès des sacs de leurs collègues. Pour titiller un peu l’officier qui commandait cette unité, j’ai fait part de mon étonnement devant un tel sexisme. Celui-ci a fait une moue qui manifestait un profond désespoir : manifestement il ne se réjouissait pas d’avoir des soldats à cheveux longs. 

Ainsi, l’Etat républicain égalitaire agirait de manière discriminatoire et sexiste envers son personnel ? Allons donc. Quoique… Penchons-nous, juste pour voir, sur certains critères de recrutement de ces métiers virils autrefois dévolus aux hommes. 

Epreuves physiques pour intégrer l’armée de terre :

  • Tractions : dix pour un homme, aucune pour une femme (celle-ci doit tenir le plus longtemps possible en suspension à une barre fixe).

  • Manœuvre d’une poulie de 40 kg pour un homme, de 25 kg pour une femme.

  • Lancer d’une balle de 200 grammes dans un cercle distant de 12 mètres pour un homme, de 9 mètres pour une femme.

  • Porter un sac de 30 kg pour un homme, de 20 kg pour une femme.

 

Pour intégrer la gendarmerie :

  • Un homme doit pouvoir transporter un poids de 45kg et une femme un poids de 25 kg

  • Dans une « simulation de combat », il faut pouvoir faire des tractions sur un poids de 36 kg pour un homme et de 25 kg pour une femme.

 

Pour la police :

  • Il faut porter un sac de 40kg si vous êtes un homme, de 25 kg si vous êtes une femme.

  • Il faut franchir des haies de 71 cm si vous êtes un homme, de 61 cm si vous êtes une femme.

  • Il faut aussi progresser sur une échelle horizontale de 3.50 mètres si vous êtes un homme, de 2 mètres si vous êtes une femme.

 

Pour la police municipale :

  • Il faut lancer un poids de 6 kg à 6,90 mètres si vous êtes un homme, un poids de 4 kg à 5.50 mètres si vous êtes une femme (pour avoir la note moyenne).

  • Il faut sauter 1,28m en hauteur et 4.20m en longueur si vous êtes un homme mais 1.10m en hauteur et 3.15m en longueur si vous êtes une femme (note moyenne)

 

Arrêtons-là cette énumération (que l’on pourrait poursuivre avec par exemple les sapeurs pompiers). Pour occuper la même fonction, un homme doit courir et nager plus vite qu’une femme, sauter plus haut, lancer plus loin, porter davantage... Les barèmes sont différents pour les hommes et les femmes et accentuent encore ces handicaps artificiels imposés aux hommes.

Car ces handicaps sont bien artificiels n’est-ce pas ?

En effet, soit il n’est pas utile pour un soldat de savoir faire par exemple dix tractions et, dans ce cas, pourquoi éliminer du recrutement les personnes incapables de réussir cette épreuve pour la raison ridicule et sexiste qu’elles ont des testicules ?  Soit il est indispensable pour un soldat de savoir faire au moins dix tractions et alors pourquoi dispenser de cette épreuve les personnes qui n’ont pas de testicules ?

Je lis sur un site de sélection de l’armée que les aptitudes physiques sont un critère important de sélection car la robustesse peut permettre de porter secours à un camarade et de supporter des efforts physiques exigeants. Ce critère est donc vital dans certaines situations. Alors pourquoi dépend-t-il des chromosomes du postulant ? Un délinquant, un soldat ennemi, un incendie… seront-ils moins « exigeants » avec une femme ?

Pourquoi les soldats sont-ils obligés de porter les cheveux courts (oreille et nuque dégagées) lorsqu’ils sont des hommes, et peuvent avoir les cheveux longs (attachés en chignon) lorsqu’ils sont des femmes ? Je lis que les cheveux courts s’imposent en cas de blessure à la tête : les femmes ne peuvent-elles jamais être blessées à la tête ?

On le voit, la République bafoue ouvertement le principe d’égalité et de non discrimination qu’elle proclame. Elle le fait cyniquement pour deux raisons, et ce qui précède (qui n’a en soit aucune importance), n’est là que pour illustrer ce qui suit.

La première raison est le refoulement de la culture sociétale. Toutes les cultures donnent des rôles sociaux différents aux hommes et aux femmes. Ces rôles peuvent changer d’une culture à l’autre, mais ne sont jamais identiques. En gros, partout, la femme donne la vie et la protège, l’homme défend sa famille et donne la mort, si nécessaire. Les identités déclinent ensuite cette répartition fondamentale des rôles selon des modalités différentes. En imposant un modèle artificiel qui abolit la répartition des rôles sociaux féminin-masculin (la femme soldat donne la mort et n’est plus apte à donner la vie)  le Système abolit l’identité culturelle qui justifiait et organisait cette répartition. Dès lors, les cultures ne sont plus pertinentes, elles n’expliquent plus : elles s’atrophient et meurent. L’Etat républicain se sert du chômage (mieux vaut être « soldate » ou « policière » que chômeuse) pour réorganiser la société selon la froide mécanique du Système.

La seconde raison est la modification du système de représentation. Les cultures humaines sont différentialistes par essence et distinguent toutes l’homme et la femme. C’est précisément ce que ne veut plus le Système, d’où cet acharnement à vouloir montrer qu’hommes et femmes ne sont pas différents et qu’ils peuvent par conséquent occuper les mêmes fonctions (quitte à forcer un peu le réel, comme nous l’avons vu), d’où aussi ce discours plaçant sur un pied d’égalité l’hétérosexualité et l’homosexualité (aimer un homme ou une femme, c’est pareil, puisqu’hommes et femmes sont pareils)….

 La République est sexiste, mais c’est pour la bonne cause. Personne ne lui en fera le reproche. Le Système se sert de la confusion des rôles sociaux féminins et masculins pour nous convaincre qu’il n’y a pas de différences entre les sexes, mais aussi pour détruire les cultures qui sont ses concurrentes directes et ainsi former une sorte de termitière humaine planétaire, peuplée de clones asexués. Une femme dans une unité de combat, ce n’est pas simplement une femme dans une unité de combat : c’est d’abord le signe d’un génocide culturel. C’est un changement de civilisation, ou plutôt une dilution de civilisation.

Antonin Campana

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents