Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Terre Autochtone

Terre Autochtone

Le blog des aborigènes d'Europe, par Antonin Campana


Les gauchistes

Publié par Antonin Campana sur 17 Janvier 2021, 09:00am

Catégories : #Le coin des clowns, #GLOSSAIRE, #Les joies de la nation Frankenstein

Les gauchistes

Un scotome est une tâche aveugle dans le champ visuel. Il est le plus souvent provoqué par une lésion du nerf optique. Le scotome existe également dans le champ cognitif, quand un sujet refuse de voir tout ou partie d’une réalité qu’il lui serait trop pénible de prendre en compte. On parlera alors d’un mécanisme de scotomisation.

Comment expliquer autrement l’obstination ridicule dont font preuve ceux qui nient, par exemple, le processus de Grand Remplacement ? Le Grand Remplacement est pour ceux-là une tâche aveugle dans le champ cognitif et même visuel, pourrait-on ajouter, puisqu’il suffit de sortir de chez soi pour le voir. Une telle tâche aveugle dans la conscience doit s’expliquer par le conflit intrapsychique entre des superstitions idéologiques impossibles à corriger, et un monde extérieur traumatisant qui les remet brutalement en cause. L’incapacité à admettre la prééminence du monde réel, voire sa réalité, dénote la névrose. Mais cela va plus loin puisqu’on notera aussi la détermination, souvent violente, d’interdire aux autres de voir (et qui plus est d’exposer !) la réalité déplaisante. Cette inclination à adopter des comportements violents et agressifs, cette faible tolérance à la frustration, cette difficulté à prendre en compte le réel… font du gauchiste, car nous parlons bien évidemment du gauchisme, une personnalité sociopathe potentiellement dangereuse.

Ce qui précède nous permet de définir le gauchisme.

Gauchisme : pathologie mentale qui soumet le monde réel aux caprices intellectuels, aux constructions utopiques et, d’une manière générale, aux idéologies.

Quand le réel contredit l’idéologie, le gauchiste cherchera toujours à contraindre le réel pour le faire cadrer avec ses désirs impossibles. Il n’infléchira jamais ses croyances illusoires (qu’il assimile à des Vérités) pour les rendre compatibles avec le réel. La frustration serait alors trop grande. L’homme sain d’esprit, quant à lui, est le contraire du gauchiste : il n’a pas d’idéologie préconçue et s’adapte au réel tel qu’il est. Un homme sain veut un monde meilleur, un gauchiste veut le meilleur des mondes.

Quel est le point commun entre Robespierre, Trotski, Pol Pot, Cohn Bendit, Jacques Attali, Nancy Pelosi, Kamala Harris, Marlène Schiappa ou Bill Gates ?  Assurément ce ne sera ni l’empathie, ni la tolérance, ni l’ouverture d’esprit, ni la capacité à se remettre en cause, ni la rigueur intellectuelle et morale ! Le point commun entre tous ces gens est celui-ci : ils ont tous, dans leur petit cœur, imaginé  pour nous le meilleur des mondes et entendent tous contraindre le monde réel jusqu’à ce que celui-ci soit conforme au produit de leur imagination. Tous voudraient forcer l’humanité à vivre gentiment dans le résultat de leur pensée et de leur action. Aucun ne tolère la moindre dissidence ou le plus petit mot de contestation. On observera ainsi que les plus petites oppositions génèrent de leur part une réponse émotionnelle disproportionnée. Dans les cas extrêmes, si rien n’arrête le gauchiste, cette réponse se traduira par des goulags, des internements psychiatriques, des massacres de masse, parfois par des confinements et autres quarantaines.

Le gauchisme est donc davantage une attitude psychologique d’enfermement autistique dans des fantasmes délirants, à l’origine de nombreuses tyrannies, qu’une option politique. Paradoxalement, le gauchisme n’est ni de droite, ni de gauche (si tant est que les mots « gauche » et droite » ont encore une signification politique). Nous voulons dire par là qu’on peut être gauchiste tout en étant « de droite ». Des propositions comme : « une femme peut être un père » ; « un africain est un européen à la peau noire » ; « un homme peut devenir une femme » ; « l’Administration peut transformer un Congolais en Français » ; « la culture française n’existe pas » ; « il n’y a pas de racisme antiblanc » ; « l’insécurité est un sentiment » ; « l’islam est une religion de paix et d’amour » ; « l’immigration est une chance pour la France » ; « il n’y a pas plus d’étrangers aujourd’hui en France qu’en 1930 » ; « les Blancs sont racistes » ; « le métissage enrichit les sociétés » ; etc.  de telles propositions donc, peuvent tout à fait être soutenues par des gens de droite. Beaucoup ne s’en privent pas. Elles dénotent à l’évidence une disposition à  ignorer les réalités biologiques, culturelles, éthologiques, démographiques, sexuelles, historiques, géopolitiques… pour mieux les soumettre à l’idéologie. Quand cette disposition n’est pas feinte, il faut y voir un dérèglement mental.

Ceci étant rappelé, il faut alors admettre que nous sommes très largement gouvernés par des gauchistes, c’est-à-dire par des fous, ou si l’on préfère des sociopathes, qui ne supportent pas une pensée ou une contestation qui ne s’accorde pas avec leur projet de meilleur des mondes. Ainsi, les brutalités exercées par les gouvernants contre la « manif pour tous » et les Gilets Jaunes s’expliquent très bien : elles sont le produit d’une psychologie perturbée qui ne supporte pas les résurgences de monde réel. S’explique aussi très bien la bienveillante et troublante passivité de ces mêmes gouvernants face aux exactions antifas et aux violences indigénistes : en façonnant le meilleur des mondes qui vient, ces exactions et ces violences leur font oublier le monde réel et apaisent la tension psychologique que ce monde engendre par le seul fait d’encore exister. 

En outrageant les réalités, il va de soi que les gauchistes d’aujourd’hui se condamnent, comme leurs grands prédécesseurs, à subir une prérogative essentielle du monde réel : la sélection naturelle ! Jamais les utopiques dystopies des gauchistes ne s’imposeront durablement. Comme Marat qui fut poignardé ou Trotski qui reçut un coup de piolet, beaucoup de gauchistes d’aujourd’hui risquent peut-être un sort funeste. En règle générale, la nature ne laisse pas vivre longtemps les organismes tarés et, symboliquement ou pas, il se trouve parfois quelque Charlotte Corday ou Ramon Mercader pour remettre les pendules à l’heure. Tout cela peut se traduire par une phrase : le réel a toujours raison de l’idéologie.  

Cela doit nous rassurer, mais pas trop quand même. Entre le moment où les gauchistes commencent à sévir et le moment où ils sont naturellement éliminés, il peut se passer un temps suffisamment long pour que les dégâts soient considérables, voire irréversibles. Le peuple russe a pu survivre au meilleur des mondes bolchéviste, au prix de décennies de souffrances, et aussi  parce que le meilleur des mondes bolcheviste ne supposait pas l’éradication du peuple russe. Au contraire, le meilleur des mondes que nous promet aujourd’hui le gauchisme libéral-libertaire  ne cache pas sa volonté d’éliminer les peuples blancs. Combien de temps ces peuples pourront-ils encore supporter le despotisme de ce gauchisme sans disparaître ? Plus très longtemps sans doute.

Cela signifie deux choses. D’une part : l’inéluctable défaite gauchiste face au monde réel ne veut pas dire que nous allons gagner. Le monde réel peut exister sans nous. D’autre part et en conséquence : l’inéluctable défaite du gauchisme ne nous dispense pas de l’obligation de le combattre. Dans le monde réel, le droit à l’existence se conquiert et se prouve à chaque génération.

Et c’est à nous qu’il revient maintenant de gagner ce droit !

Antonin Campana

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lafronde 23/02/2021 11:18

Je suis disponible pour contribuer à conquérir notre droit à perdurer dans notre être. Cette lutte doit se concrétiser par des actions de terrain, en direction de nos prochains. Je recherche des associés dans cette mission. Ecrire à la rédaction qui transmettra. Je réside dans le 94

Eslafin 19/01/2021 17:10

Bienvenue aux renards !

https://i.postimg.cc/L4tZS5b7/foxes-welcome.jpg

Jean Claude 17/01/2021 18:55

J'avoue sans fausse honte avoir été plus ou moins gauchiste de 18 à 28 ans.
Certes, mes motivations n'étaient pas entièrement idéologiques ni pures, car à cette époque seules les nanas gauchistes baisaient sans faire d'histoires, et mes glandes parlaient haut et fort, me contraignant à des stratagèmes verbaux pour les satisfaire.
Que celui qui n'a jamais eu une incoercible envie de fourrer me jette la première pierre.
Par la suite j'ai créé une entreprise, et par voie de conséquence, subi l'oppression sauvage de la parasitocratie gauchiste et spoliatrice.
J'ai donc participé à la formation d'un syndicat pas vraiment de gauche, voué à défendre les petites entreprises comme la mienne.
Les gauchistes m'ont alors mis, ainsi que d'autres personnes, sur une liste noire et leurs incessantes persécutions m'ont contraint à l'exil.
Je suis ainsi devenu simplement réaliste et me prépare activement à la réalité du futur proche, qui inclut sans l'ombre d'un doute le massacre des emplois fictifs gauchistes par les conquérants, et l'empalement de ce si mignon gentil membre du comité d'accueil dont la photo figure en tête de l'article d'Antonin.
Je le félicite au passage pour le choix de ce personnage qui résume à lui tout seul le sort qui attend ces pauvres nazes : les plus chanceux seront simplement égorgés, mais pour d'autres, l'expérience risque d'être plus pénétrante, si j'ose dire.
Préparez vous soigneusement, avec tout l'attirail permis par le second amendement, car ça va saigner sous peu pour les leucodermes.
Bonne chance et bon courage à tous...

Marie-Chantal Malet 17/01/2021 18:08

Monsieur, Votre article est d'une grande clairvoyance .Il permet de nous consoler un peu. Mais, pour le moment, les gauchustes ont envahi tous les véhicules de la communication, leurs actions ne remontent pas à 10 ans, mais plusieurs décennies, pourne pas dire 1 siècle et demi...Comment s'en sortir maintenant ?
Déjà, en se reconnaissant, en créant des lieux de rencontre alternatifs comme votre site, en ne fuyant pas ses responsabilités même dans les actes les plus ordinaires de la vie, en invoquant le Ciel, j'y crois , particulièrement aujourd'hui, 150ème anniversaire d'un miracle qui arrêta la guerre ( et la défaite de 1870)...peu de gens le savent...peut être cela peut-il se reproduire ?

insurrection 17/01/2021 17:14

Question capitale. Cet article est intéressant, l'analyse est juste mais mériterait d'être encore approfondie. En fait le gauchisme décrit ici on le connait tous. Nous sommes ahuris par la capacité de ceux ci de mettre leur "bon sens" en hibernation comme sous une influence quasi hypnotique. Le déni de réalité est la caractéristique du "Gauchisme" mais comme vous le dîtes cela va au-dela et on en cherche comme un enigme la raison ultime.Je pense que le gauchisme est la manifestation contemporaine de ce que Frédérique Nietzsche appelait le Nihilisme. Une partie de la réalité se retourne contre son origine. Nietzche cherchait la raison origine et justification ontologique de cette anomalie de la vie. Qu'est ce que cette vie qui se retourne contre la vie ?
Il faut approfondir l'étude de cette attitude Gauchiste qui est un dérèglement du "sens commun", l'étudier comme un médecin étudie une maladie. Citation de Nietzche : "le nihiliste est l'homme qui juge que le monde tel qu'il est ne devrait pas être et le monde tel qu'il devrait être n'existe pas". Il faut continuer cela à la loupe pour tenter d' éradiquer cette lèpre.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents