Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Terre Autochtone

Terre Autochtone

Le blog des aborigènes d'Europe, par Antonin Campana


Les « child free » et le Mouvement pour l’Extinction Volontaire de l’Humanité (MHEMT)

Publié par Antonin Campana sur 26 Octobre 2016, 15:09pm

Catégories : #Les joies de la nation Frankenstein

Les « child free » et le Mouvement pour l’Extinction Volontaire de l’Humanité (MHEMT)

 

La stratégie du chaos consiste à opposer pour détruire : sexe contre sexe, génération contre génération, immigrés contre Autochtones, homos contre hétéros, privé contre public, religion contre religion, démographie contre démographie, classe contre classe, victimes désignées contre oppresseurs désignés…

Dans la société en voie de décomposition avancée qui est la nôtre, les structures du corps social se sont largement désagrégées. Les frontières entre les sexes, les appartenances ou les générations se sont estompées. Les anciens « corps intermédiaires » ont disparu comme le voulaient les révolutionnaires de 1789 et l’individu insécable, plus petite partie du corps social,  se trouve enfin limité à son égo. Semblant atteinte d’une sorte de frénésie de destruction, nous observons que la stratégie du chaos va alors s’exercer contre lui, l'individu, à seule fin de le faire biologiquement disparaître.

Principe de base : opposer pour détruire. Mais à quoi opposer l’individu puisqu’il ne reste rien en dehors de lui ?  En fait, l’individu n’est pas aussi insécable qu’il y paraît et un système de représentation assez efficace pourra facilement dédoubler sa personnalité, imposant en lui deux pulsions contraires : l’instinct de reproduction et le désir égoïste de jouissance. En fait, il s’agit de persuader l’individu narcissique qu’il est face à un choix : ne pas avoir d’enfant, et disparaître biologiquement après une vie de bonheur ; ou avoir des enfants, c’est-à-dire perpétuer son être biologique, mais connaître une vie de contraintes et de frustrations. L’acceptation du suicide biologique signe la fin du processus de néantisation de la société par le chaos. Le désir d’enfant, quant à lui, expose l’individu à une tension psychologique plus ou moins insupportable en fonction du degré d’adhésion au système de représentation. Le besoin naturel de se reproduire entrera en conflit avec le désir inculqué de « profiter » de ce que lui offre la société, ce qui dans le pire des cas limitera le nombre de ses enfants.

Voici, exemple pris au hasard parmi des milliers d’autres, comment une blogueuse (27 ans) explique son désir de ne pas avoir d’enfant :

« J’ai envie de pouvoir aller en vacances en dehors des périodes scolaires et ailleurs qu’au Club Med, j’ai envie d’avoir du temps pour moi (plutôt que de devoir courir le soir chercher les bambins, faire les devoirs, donner le bain, préparer à manger…), j’ai envie de pouvoir prendre la décision d’aller au cinéma au dernier moment, j’ai envie de continuer à faire des grasse mat’, j’ai envie de privilégier ma vie de couple (90% des couples vivent une baisse de leur bonheur conjugal dès la naissance de leur premier enfant), j'ai envie d'avoir des conversations téléphoniques sans avoir à m'interrompre toutes les deux minutes pour demander à Justine de-remettre-ta-culotte-s'il-te-plaît-merci (voir l'excellent sketch de Foresti ici), j’ai envie de pouvoir profiter du silence quand je rentre chez moi le soir, j’ai envie d’être LIBRE. Libre de faire mes choix ».

Il n’y a rien à ajouter. Ces propos ne font que refléter une représentation omniprésente  dans les médias, le cinéma, le féminisme, le monde de l’entreprise : avoir un enfant est une source insupportable de contraintes et une entrave pour le développement personnel. Il est donc préférable de ne pas se reproduire, vive le « suicide ».

Et ce message quasi subliminal entre dans les esprits et annihile dans la douleur un instinct de base : l’instinct de reproduction. Les individus ayant fait le « choix » de se priver de descendance constituent désormais une catégorie sociologique à part entière. On les appelle les « child free » ou « no kids ». En Allemagne 30% des femmes diplômées sont child free. Au Royaume-Uni, elles sont 20%. Au Japon 56% des femmes de 30 ans sont no kids. En France, « seulement » 4,3% (mais 6,3% des hommes). Les motivations, purement égoïstes à la base (symptomatique de cet individu postmoderne que les événements à venir vont éradiquer), se parent aussi de raisons plus « nobles », en l’occurrence écologiques. Ainsi le mouvement écolo-féministe GINK (Green Inclination No Kids) fait la promotion de la vasectomie et de la stérilisation définitive pour lutter contre le réchauffement climatique et sauver la planète ! Sa fondatrice Lisa Hymas propose de ne plus procréer et même de rejoindre le Mouvement pour l’Extinction Volontaire de l’Humanité (VHEMT), voire l’Eglise de l’Euthanasie dont les quatre « piliers » sont le « suicide, l’avortement, le cannibalisme et la sodomie » (sic). 

Les discours no kids les plus extrêmes sont accueillis avec bienveillance par les médias. Ainsi, si les journalistes s’interrogent parfois sur la faisabilité des théories prônant l’extinction de l’humanité, ils remettent rarement en cause leur caractère criminel. La nébuleuse no kids, regroupant médias compréhensifs, écologisme, féminisme, théoriciens queer et LGBT, militants homosexualistes, a ainsi acquis sous le regard bienveillant du Système une dimension qui conforte la lecture « conspirationniste »  des Georgia Guidestones (les Georgia Guidestones –photo ci-dessous - est un monument d’inspiration mondialiste érigé en 1980 près d’Elberton aux Etats-Unis. Il pèse 108 tonnes et mesure près de 6 mètres de haut. On ignore qui est le commanditaire de ce monument. En huit langues différentes, il est inscrit qu’il faut unifier l’humanité et la réduire à 500 millions d’individus).

Le Système progresse par le chaos. Le chaos social détruit le corps social. En opposant l’instinct de reproduction aux désirs artificiellement suscités, le Système installe le chaos au cœur de l’individu et révèle son ultime volonté : détruire l’homme, faire s’éteindre l’humanité. Les child free, le Mouvement pour l’Extinction Volontaire de l’Humanité, les Georgia Guidestones ne sont pas des épiphénomènes sans importante : ils sont au centre d’une logique d’effacement. Quand 30% des femmes, voire 56% comme au Japon, déclarent ne plus vouloir d’enfants, il faut avoir conscience que nous sommes en présence d’une véritable révolution anthropologique : pour la première fois dans l’histoire de l’humanité un modèle de société a réussi à annihiler massivement l’instinct primaire de reproduction (et à modifier l’instinct sexuel, avec des conséquences identiques sur la reproduction) !

 Pas à pas, le chaos mène donc une humanité avide de jouissance vers sa tombe. Ceux qui sacrifient leur lignée sur l’autel de la satisfaction de leurs petits plaisirs mesquins devraient se méfier. Certains impatients pensent sans doute à une version moins « volontaire » et plus expéditive de « l’extinction » !

Antonin Campana

les Georgia Guidestones

les Georgia Guidestones

Commenter cet article

Elodie 08/06/2017 21:54

Bonjour,
Voici une pétition pour la tolérance envers les childfree
https://www.change.org/p/emmanuel-macron-cr%C3%A9er-un-jour-pour-les-childfree-dans-le-calendrier-pour-une-meilleure-tol%C3%A9rance

Antonin Campana 09/06/2017 07:15

Affligeant !
Merci

Christian Apollonia 01/11/2016 22:55

oh doucement on n'est pas encore morts...
regardez le sursaut en Pologne le mois dernier, quand la Pologne a ré essayé de pratiquement interdire les ivg,
ne cédant à soros qu'au dernier moment...
http://www.mon-pelerinage-en-pologne.fr/2016/09/betisier-de-dessins-sur-la-nouvelle-loi-contre-l-avortement.htm

Catherine 27/10/2016 13:40

Je relaie...

Comme un sursaut contre la mort, j'irai voter aux primaires du 20 novembre 2016, pour Monsieur Poisson avec toutes les réserves qui sont exprimées dans ce message par Monsieur Escada... mais je voterai quand même pour lui!

1 - CIVITAS s’invite dans la primaire des Républicains

CIVITAS, devenu parti politique, avait promis de participer d’une façon ou d’une autre à la campagne présidentielle de 2017, avant de présenter des candidats aux élections législatives qui suivront.

La première étape de cette stratégie visant à faire entendre auprès de l’opinion publique les arguments d’une France catholique au service du Bien commun : perturber la primaire de ce que les médias appellent la droite et le centre.

Il est bien clair que Civitas n’appellera pas à voter pour Les Républicains à la présidentielle.

Le parti Les Républicains et le parti socialiste sont les deux jambes d’une même ripoublique maçonnique qui nous répugne.

Qu’un ancien repris de justice parvienne à faire office de favori à cette primaire des Républicains est d’ailleurs très symptomatique. C’est d’autant plus frappant que se présente à cette primaire une belle brochette de filous et de coquins qui donne une idée précise de la nature des dirigeants du parti LR.

Pourtant, un élément est venu quelque peu agiter ce marécage. Jean-Frédéric Poisson, président du PCD, et candidat à cette primaire, a évoqué à la télévision les “lobbies sionistes”.

Au préalable, Jean-Frédéric Poisson avait déjà pris position de façon intéressante sur les questions de géopolitique comme sur l’avortement et la défense de la famille.

Soyons clairs. Jean-Frédéric Poisson ne va pas assez loin à notre goût. C’est un chrétien-démocrate, avec toutes les incohérences et les compromissions que cela signifie. Nous ne sommes pas dupes. Et sur son site, nous voyons déjà comment Jean-Frédéric Poisson fait marche arrière devant les cris suscités.

Mais nous appelons cependant nos membres et nos sympathisants à s’inviter à cette primaire et y voter Jean-Frédéric Poisson.

Ce communiqué est envoyé à près de 165.000 personnes. Par la viralité des réseaux sociaux, il atteindra beaucoup plus de Français. Notre poids dans cette primaire peut donc s’avérer loin d’être dédaignable.

Pourquoi cette stratégie ?

- Pour perturber cette primaire des Républicains. Ce parti avait, dès le début, phagocyté la Manif pour Tous. Inversons le processus et infiltrons sa primaire pour y bousculer ses caciques. C’est une façon de déplacer le curseur et de ramener certains sujets à l’avant des débats politiques.

- Pour faire la nique au CRIF, le Conseil représentatif des institutions juives de France, à Christian Estrosi et à tous les véhéments serviteurs d’un lobby “qui n’existe pas” mais qui cherche pourtant à imposer son diktat et museler la parole et la pensée.

CIVITAS est le parti du pays réel. Il va libérer la parole !

Alain Escada, président de Civitas

Catherine 26/10/2016 20:53

Pas simple cette histoire, car il est vrai que la vie est déjà tellement difficile pour un jeune couple, que de se projeter avec un enfant semble tout aussi suicidaire que de ne pas avoir d'enfants.

En fait, il n'y a pas de solution satisfaisante.

Certains jeunes sont enfermés dans un dilemme sans issue, enfin, moi, je ne vois pas d'issue pour ces jeunes-là, à moins de se rallier à des mouvements comme CIVITAS.

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Alain-Escada-a-Calais-L-immigration-sert-a-l-avenement-du-gouvernement-mondial-42203.html

C'est absolument terrible et terrifiant si aucune impulsion n'est donnée, c'est mort.

En fait, je crois que l'heure n'est plus au choix.

C'est une question de vie ou de mort.

Antonin Campana 26/10/2016 23:21

L'impulsion viendra. Il faut tenir encore un peu. Courage !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents