Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Terre Autochtone

Terre Autochtone

Le blog des aborigènes d'Europe, par Antonin Campana


La République face à la guerre civile : quelle alternative ?

Publié par Antonin Campana sur 6 Juin 2021, 14:34pm

Catégories : #Les joies de la nation Frankenstein, #Perspectives Autochtones

La République face à la guerre civile : quelle alternative ?

Il y a quelques années (décennies !) nous étions quelques-uns seulement à dénoncer les politiques d’immigration massive dont l’aboutissement, disions-nous, ne pouvait être que la guerre civile. La conscience de l’inéluctable fut pour moi les années 1988-1990, quand il m’apparut que le Système disposait du vote des Français et que jamais le FN n’arriverait au pouvoir (« l’affaire du détail », puis « l’affaire de Carpentras » bloquent alors artificiellement l’ascension électorale du FN). Dans les années 1980, Jean-Marie Le Pen, de passage dans ma ville, avait dit, je le cite de mémoire : « Le problème de l’immigration ne sera pas réglé sans quelques larmes... si on le règle avant l’an 2000.  Après cette date, il faudra envisager, je le crains, non plus des larmes mais du sang ! »

Nous sommes en 2021 et j’observe que la plupart des commentateurs, de droite, mais aussi de gauche, n’exclue plus totalement, après Le Pen et avec trente ans de retard sur lui, la guerre civile qui vient. Je crains à ce propos, qu’ayant trop attendu, il ne sera plus question de larmes, ni de sang, mais de véritables abattoirs humains.

Nous avons déjà dit ce que nous pensions de la guerre civile. Nous la considérons comme une probabilité quasi certaine sans pour autant la souhaiter si d’autres solutions sont possibles (je précise immédiatement, pour les esprits chagrins, que la soumission ne fait pas partie des solutions que nous considérons comme envisageables).

Patrick Buisson, qui ne souhaite pas non plus cette guerre civile, fait remarquer à ceux qui en rêvent que l’Armée recrute dans les banlieues et comporte déjà 20% de musulmans. La proportion est équivalente dans les forces de l’ordre. Buisson imagine un pouvoir politique (lequel ? il ne le dit pas) qui réglerait politiquement un problème qui pourtant n’est déjà plus du domaine de la politique (il l’était encore avant 2000), à moins qu’il ne considère, comme Clausewitz,  que « la guerre est le prolongement de la politique par d’autres moyens ». Bref, la proposition électoraliste me paraît bien utopique et révèle surtout le désarroi d’un homme, Patrick Buisson, qui ne sait plus à quoi se raccrocher.  

Utopie pour utopie (et désarroi pour désarroi !), je viens ici en proposer une autre.

A la suite de la lettre ouverte signée par une quarantaine de généraux et plus de 20 000 soldats et officiers français alertant sur les risques de guerre civile, un officier parachutiste français, le « Commandant François », a fait part au média Gallia Daily des réflexions d’un « groupe de prospective » discutant du sujet depuis 2016. Significativement, l’entretien à pour titre : « la guerre civile est inévitable ». 

Le scénario exposé par le Commandant François a fait l’objet d’une simulation, à la manière des militaires. Il en ressort que les évènements à venir pourraient se dérouler selon trois phases : une phase de déclenchement (émeutes à l’échelle nationale), une phase de transition caractérisée par une instabilité politique et une troisième phase qui verrait soit la soumission des Français de souche, soit la guerre totale, soit une « séparation de facto » de la population autochtone du reste de la population.

C’est bien sûr cette notion de « séparation » qui nous intéresse ici. Voici ce qu’en dit le Commandant François :

« SÉPARATION DE FACTO : [il y a le groupe de] ceux qui pensent que le bloc de droite finira par avoir suffisamment de poids pour décider unilatéralement de son propre sort et se séparer des deux autres [les minorités raciales du bloc de gauche et les dhimmis du bloc du centre], au sens politique du terme. C'est-à-dire créer une organisation étatique parallèle de facto, avec ses fonds de solidarité, sa police basée sur des groupes d'autodéfense, ses institutions.... La France existerait toujours en tant qu'état unitaire, mais de facto une partie de la population serait à la fois française ET membre de cette création sui generis ».

Etat parallèle, institutions parallèles : le Commandant François, à croire qu’il lit ce modeste blog, traduit ici les revendications autochtonistes que nous portons depuis presque dix ans !  

Que suggère cet officier parachutiste, porte-parole d’un groupe de prospective militaire ? Il dit en substance qu’il y a une troisième voie entre la soumission et la guerre totale : la « séparation de facto », autrement dit le Grand Rassemblement autochtone autour d’un Etat parallèle autochtone en mesure de défendre les droits et la sécurité du peuple autochtone. Nous ne disons pas autre chose.

Mais pourquoi devrions-nous forcément attendre la phase d’émeutes sanglantes puis la phase d’instabilité politique, voire la guerre totale, pour rassembler et organiser le peuple souche de ce pays ? Ne peut-on arriver directement à ce résultat, de manière pacifique et ordonnée, sans passer par une phase obligée de guerre civile ? Pour nous, évidemment, la réponse est oui.

Ici, je dois m’adresser aux républicains, à ceux d’entre eux qui exercent actuellement des responsabilités au sein du régime, comme à ceux qui les ont exercées autrefois :

Quoi que vous fassiez le peuple autochtone recouvrera son droit à disposer de lui-même. Ce jour-là vous devrez répondre de vos crimes. Où que vous soyez, n’espérez pas vous cacher, des tribunaux populaires vous jugeront. Si la libération du peuple autochtone se fait dans le contexte d’une guerre civile, alors n’attendez aucune pitié de leur part. Le sang appelle le sang. On peut le déplorer, mais c’est comme ça.

Si par contre, dès aujourd’hui, vous avez l’intelligence d’analyser correctement la situation, celle dans laquelle vous avez placé votre peuple et dont vous devrez répondre, et que vous concluiez que la libération du peuple autochtone est la seule alternative qui permette de sauvegarder les apparences du régime et en même temps d’espérer la clémence de vos juges, alors vous devriez, dès à présent, envisager la formation d’un Etat parallèle autochtone. Ce que je vous propose ici est plus qu’un marché, c’est une assurance vie, vous devriez y réfléchir.

N’allez pas croire que cette proposition est de circonstance. Dans mon livre de 2013, la Nation Frankenstein, j’écrivais déjà (p. 148) que « les républicains devront bientôt choisir entre la Créature qu’ils ont engendrée [la société multiethnique] et le peuple autochtone qu’ils ont trahi ». Je n’excluais pas une forme de « pardon », à condition toutefois que la République ait préalablement répudié le système issu de 1789, ait refusé toute prétention à l’universalité, ait reconnu le peuple autochtone, lui ait accordé des droits collectifs, dont celui de se doter de ses propres institutions,  et ait soldé son héritage monstrueux en nous demandant humblement pardon. J’affirmais qu’à cette condition, face à sa Créature, le régime réformé pourrait compter sur le soutien d’un peuple autochtone qu’il aurait contribué à organiser et à structurer indépendamment des instances républicaines. Le marché était  honnête.

Comment les républicains pourraient-il engager le processus de libération du peuple autochtone ? Cela est très simple. Il leur suffirait de faire voter, au bénéfice des autochtones de France, une loi organique inspirée de la loi organique 99-209 relative à la Nouvelle-Calédonie. A partir de ce socle, les Autochtones « séparés de facto » pourraient alors « créer une organisation étatique parallèle de facto, avec ses fonds de solidarité, sa police basée sur des groupes d'autodéfense, ses institutions.... ».

Que les républicains réfléchissent bien : sans le poids d’un peuple autochtone rassemblé et organisé, la paix civile ne peut durer et une guerre civile ne peut être gagnée. La police et l’armée, toutes deux infiltrées, ne pourront rien faire sans le soutien de forces autochtones organisées. Cela suppose, bien sûr, la fin des idéaux républicains les plus nauséabonds. Mais la République est déjà morte, ceux qui ne le savent pas encore vont très bientôt l’apprendre à leurs dépens. Alors, républicains, si vous avez encore un peu d’amour pour votre pays, pour votre civilisation, pour votre mode de vie, pour votre peuple, pour la paix aussi, il vous faut, c’est votre dernière chance, proposer la loi organique dont nous parlons. Il n’y aura pas de guerre civile autre que brève si police et armée sont appuyées par des forces autochtones organisées. Dans le cas contraire, si vous méprisez encore une fois le peuple autochtone, il y aura le chaos et, croyez bien que je m’en émeus par avance, nombreux seront ceux qui ne vous oublieront pas.

Antonin Campana

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ultrak 04/08/2021 14:31

Je ne vois pas les choses comme vous. Pour moi le problème du peuple autochtone, dont je fais partie, est qu'il n'a plus de religion, à part une fausse religion matérialiste.

Par ailleurs vous avez bien analysé le risque d'un rapprochement de l'oligarchie occidentale avec ce que vous appelez "la Mosquée".
réf : http://www.autochtonisme.com/2021/02/quand-le-marche-embrassera-la-mosquee.html

Reste à savoir si la Mosquée est fidèle ou non à l'islam, et ce qu'est réellement l'islam.

Puisque le peuple autochtone ne semble pas pouvoir revenir à la religion catholique, n'est-il pas temps pour lui de comprendre l'islam sans passer par la Mosquée ?

PIERRE-LOUIS GARNIER 11/06/2021 10:04

Ne pensez vous pas que l'évolution orwellienne amenée par la crise du covid est de nature à constituer une nouvelle menace pour notre survie? Nous sommes pris en tenaille. La surveillance de masse, l'idéologie progressiste gauchiste qui s'impose partout empêchent l'expression d'un discours dissident et sa traduction, en acte. Je vous enverrai volontiers le texte d'un roman que j'ai écris et qui n'est pas publié. Dans ce roman écrit en 2036, je suis un vieux général qui raconte la guerre civile française qui a eu lieu entre juillet 2021 et avril 2024. Les nationalistes ont gagné car ils ont bloqué la France à partir des ronds points et laissé les racailles se battre avec les forces de l'ordre et terroriser les bobos dans les grandes villes. Ils ont assuré la subsistance de la population, refondé une armée nouvelle. Ils ont même parfois instrumentalisé les racailles et les islamistes si bien qu'à la fin de la guerre, la situation est proche de celle des lendemains des guerres de religion quand les protestants avaient des places de sureté. Dans ce régime seuls les anciens combattants ont le droit de vote et la bourgeoisie n'est plus la classe dirigeante. Le système politique et économique est écolo survivaliste. Je crois que le covid nous oblige à avoir une nouvelle stratégie visant à ce que nos ennemis se battent entre eux. Mon roman fait 280 pages et une quinzaine de chapitres. J'envisage aussi une intervention de l'OTAN et un arrivage de migrants.

Tonton Cristobal 08/06/2021 01:18

Je n'imagine même plus d'issue possible. L'assassinat des autochtones (blancs) a été voulu et conduit obstinément à terme avec l'assentiment des électeurs. Démographiquement c'est plié. J'aime beaucoup vos billets qui laissent un mince espoir. Pourtant sans être devin, devant le degré de soumission des français à la tyrannie sanitaire, et l'islamisation forcenée, la minorité résistance est perdue d'avance! d'ailleurs une résistance ne peut sortir vainqueur qu'avec l'intervention extérieure d'une armée de libération d'une puissance étrangère qui y aurait intérêt. Qui viendra au secours d'un peuple d'une lâcheté effarante? je suis en état de sécession. La guerre civile? foutaise! nous vivons une guerre subversive par invasion et collaboration où chaque jour voit le nombre de victimes tomber sous le couteau des égorgeurs du terrorisme d'état. Ce n'est que mon avis.

Antonin Campana 14/06/2021 08:35

Bonjour tdchampagne51@yahoo.fr, votre adresse mail est corrompue, impossible de vous contacter

Bessonies 10/06/2021 18:34

Notre situation démographique est inédite. Nous n'avons pas vraiment d'exemples tirés du passé pour nous inspirer et nous donner l'énergie de l'espoir.
Les lois actuelles relatives aux autochtones visent à protéger des peuples déjà minoritaires, d'un point de vue tant économique que culturel et sociétal. Les solutions seront nécessairement inédites et restent encore à inventer. Les écrits de ce site ouvrent la voie avec beaucoup de lucidité, et il n'est pas le seul heureusement.
Je souhaite que vous ne perdiez pas courage, chercher à créer des solidarités "autochtones" autour de vous en organisant des réunions conviviales. Les petits ruisseaux font les grands fleuves et Rome ne s'est pas faite en un jour.
La rencontre des ces "petites" initiatives de terrain avec les organisations à vocation plus nationale (par exemple Institut Iliade) ou plus politique, sans oublier une convergence possible sur les préoccupations économiques de qui vont aller crescendo (les bonnets rouges et les gilets jaunes ont sont des préfigurations) permettent de penser que tout n'est pas perdu pour notre civilisation.
N'hésitez pas à me contacter : tdchampagne51@yahoo. fr

Gervasuti 07/06/2021 14:28

d'abord, il ne s'agit nullement de guerre civile mais de guerre ethnique qui oppose les Français de souche aux occupants étrangers, même si beaucoup ont des papiers Français !
Imaginer une seconde que les vrais résistants, motivés et prêt à subir les conséquences de leur combat soient assez nombreux pour former une vrai communauté est un leurre et ensuite imaginer
que la république le tolèrera est une utopie!

eric 07/06/2021 13:21

1/ La séparation est une issue possible à court terme, mais pas à long terme : pour les Français, ce serait admettre une défaite sans guerre pire sur un territoire inaliénable pour lequel nos ancêtres ont justement versé le sang. pour les envahisseurs, mus par une religion conquérante, ce ne serait qu'une étape. Bref, la séparation est historiquement possible mais ce n'est pas la bonne décision . Mieux vaut s'y résoudre au plus tôt, surtout si nous ne sommes pas préparés : CE SERA LA GUERRE TOTALE. Voilà où nous aura mené la sphère qui nous parlait philosophico-politco-médiatiquement...
2/ Le surnaturel.
Maintenant, je déplore le caractère immanent des présentations récentes, sans dénigrer bien sûr leur utilité : j'ai signé la toute première lettre... : pour les RETEX, OK....
...Mais pour les politiques et les intellos, c'est NON : l'Histoire de France regorge d'interventions surnaturelles, spécialement de la Vierge Marie, officiellement élevée à la Couronne de France sous Louis XIII ( et jamais abrogé depuis : il faudrait aussi une intervention du Pape, pour défaire ce qui fût fait sous l'égide de l'Eglise).
Pour les Chrétiens bien informés ( ils sont très rares, merci l'Eglise), Jésus et Marie ont annoncé la quasi mort puis la résurrection ''impossible'' de la France ( le pays, pas le royaume) après une grande guerre saignant les 3/4 de l'Humanité. Et cela bien sûr en vertu d'un juste châtiment divin contre l'Apostasie et le Blasphème (surtout contre Marie). Et aussi afin qu'on y voit l'intervention divine et qu'on se convertisse , si, du moins , on a survécu...

A bons entendeurs...

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents