Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Terre Autochtone

Terre Autochtone

Le blog des aborigènes d'Europe, par Antonin Campana


Républicains de droite et républicains de gauche

Publié par Antonin Campana sur 17 Mai 2021, 13:50pm

Catégories : #Perspectives Autochtones

Républicains de droite et républicains de gauche

Qu’est-ce que la République ? Selon qu'ils se fondent sur les fondamentaux de ce régime ou sur la représentation qui refoule ces fondamentaux, les républicains se partageront en deux groupes : ceux qui sont « de gauche » et ceux qui sont « de droite ». Seuls les premiers, véritables gardiens du dogme, sont de vrais républicains. Les seconds, quant à eux, sont condamnés à se gauchiser pour ne pas sombrer dans l’hérésie.

La République de 1789 (nous ne parlons pas ici des autres formes possibles de république) est fondée sur l’idéologie du contrat social, ou « pacte républicain ». Cette idéologie révolutionnaire est notamment empruntée à Rousseau et postule qu’il existe des « droits naturels » sur lesquels peut s’établir une société. Tous les hommes possèdent ces droits. Ils sont universels. la Révolution va les écrire : ce sera la Déclaration des Droits de l’Homme.

Le second postulat indéboulonnable de la République est que tous les hommes, quelles que soient leur origine et leur religion peuvent vivre ensemble sur la base de ces droits naturels universels. La République, matrice des sociétés organisées selon ces droits, va d’ailleurs le prouver en exportant son modèle (par le soft power mais aussi par l’intégration et la départementalisation des pays européens conquis, sans oublier l’entreprise de colonisation).

Le troisième postulat de la République est que les sociétés sont des agrégations d’individus. Le Pacte républicain est une affaire individuelle. Les Français sont intégrés individuellement à la République le 14 juillet 1790. Les Juifs sont intégrés individuellement à la même époque (cf. Clermont-Tonnerre). La naturalisation des immigrés reste aujourd’hui une procédure individuelle. La République est « indivisible » : cela signifie qu’aucun corps intermédiaire ne s’intercale entre l’individu et le pouvoir central. Le peuple autochtone de France n’existe donc plus. 

Un républicain cohérent postulera donc la possibilité d’un agrégat humain multiethnique (appelé « peuple » dans son langage frauduleux). Pour ce républicain, l’agrégat est composé de tous les individus « sans distinctions » qui acceptent le pacte républicain (Constitution). Il pense que cette société (la République), contractuellement organisée selon un ordre juridique respectant les droits fondamentaux de l’Homme, peut fonctionner harmonieusement. Ce républicain cohérent, mais parieur, est généralement un républicain « de gauche ».

Ce républicain est un traître. Au nom du principe d’indivisibilité de la République, il va récuser le droit à l’existence de son peuple, le peuple autochtone de France. Au nom des valeurs universelles de la République et de la capacité supposée de cette dernière à faire vivre ensemble des individus « sans distinctions », il va rendre illégitime les réactions de défense de son peuple face à l’immigration.

Ce type de républicain de gauche, cohérent mais traître à son peuple puisqu’il soutient l’agrégat et non le peuple autochtone qui s’y trouve enfermé, peut être opposé à un autre type : le républicain de droite.

Le républicain de droite est le jouet du républicain de gauche. Il n’a rien compris aux lois fondamentales qui dictent l’évolution du régime si bien qu’il met sur le compte de l’Histoire, des individus, des trahisons, voire de la fatalité, le développement mécanique, normal et irrésistible de la nature profonde de ce régime. Pour le républicain de droite, l’immigration renvoie à Sarkozy, Hollande ou Macron , jamais aux postulats fondamentaux de la République ! Il ne comprend pas que la prétention républicaine à pouvoir faire vivre ensemble des hommes venus de toutes les contrées délégitime et renvoie au racisme la volonté de ne pas les accueillir. Il ne comprend pas en quoi, selon ce que dit le républicain de gauche, Jean-Marie Le Pen « n’est pas républicain » !

A cette ignorance idéologique, le républicain de droite ajoute une naïveté confondante. Comme Staline en 1941 et avec autant de sincérité, la République, se disant continuellement « en danger », a développé un discours empreint de patriotisme, d’amour de la France, de défense des « valeurs de la France » (en fait celles de 1789)… afin que les républicains de droite défendent ses intérêts, de Valmy à Verdun, ou son idéologie, de la laïcité à l’intégration.

Chaque chose tend à réaliser sa propre nature. La nature du pommier, c’est de faire des pommes. La République est une machinerie qui n’a pas été conçue pour protéger les peuples, mais pour les détruire. Toutes les nations qui ont adopté les postulats républicains comme fondement de leur politique sont dans le même état désespéré que le nôtre. Au contraire, toutes les nations qui les ont ignorés, voyez l’Europe de l’Est, voyez le Japon, voyez Israël…, ne connaissent pas de Grand Remplacement.

Chaque chose tend à réaliser sa propre nature : c’est pourquoi tout le spectre républicain se gauchise avec le temps. La Droite qui vomissait la Révolution s’est ralliée à la République. La Droite qui combattait le colonialisme refusera la décolonisation. La Droite qui protégeait le catholicisme contre la laïcité défend aujourd’hui la laïcité contre l’immigration. Et la Gauche, quant à elle, défend l’immigration contre la France, en attendant que la Droite la rejoigne dans son combat. Sans remonter très loin, on sait très bien que les idées du R.N. (notre « extrême droite » !) sont bien plus à gauche que les idées du R.P.R. à sa création en 1976 (la « droite » d’alors) !

Pour la soumettre, la Gauche ramène toujours la droite républicaine aux fondamentaux républicains. A ceux qui l’oublient, elle rappelle que la République est un ordre juridique et non un ordre identitaire ; que le pacte républicain est ouvert « sans distinction » ; qu’en vertu du contrat social, et de l’agrégat qui en est la conséquence, le citoyen Mohamed est en République autant Français que le citoyen Martin ; que la laïcité est pour la République un « moyen » (Alain Bauer) et une « méthode » (Manuel Valls) qui permet à toutes les identités et à  toutes les religions, dont l’islam, de cohabiter en France. Et, systématiquement, la droite républicaine, se tait, courbe l’échine et rejoint les rangs. Pourquoi ? Tout simplement parce que les républicains de gauche ont raison ! La droite républicaine n’est ni faible, ni bête : elle est prisonnière de son attachement à la République !

Tout ceci nous amène à répondre à une question récurrente : les républicains ont-ils leur place dans une société parallèle autochtone ?

La réponse paraît très claire en ce qui concerne les républicains « de gauche ». Nous l’avons dit, ce sont des traîtres. Les accueillir sans qu’ils aient auparavant renié leurs convictions populicides reviendrait à prendre le risque de transformer la société parallèle autochtone en société ouverte.  Ce n’est pas acceptable et ces républicains de gauche, tels que nous les avons définis dans cet article, doivent être exclus absolument.

Concernant les républicains « de droite », tels que nous les avons définis dans cet article , qui se veulent patriotes, qui refusent la disparition de notre identité et de notre culture, qui refusent l’islamisation de notre pays et l’immigration de peuplement, les choses sont très différentes. Ces républicains se réfèrent à une idée de la république qu’ils assimilent à la France et qui est à mille lieux de la république réelle, issue de 1789. Nous l’avons dit, il y a plusieurs formes de républiques, toutes n’impliquent pas la société ouverte. Ces républicains ont bien entendu leur place dans une société parallèle autochtone.

Il y a un moyen très simple de distinguer le républicain de droite du républicain de gauche. Il suffit de leur demander si le Grand Remplacement est un « fantasme ». Invariablement, le républicain de gauche dira que oui, car l’augmentation de la taille de l’agrégat ne change pas sa qualité d’agrégat. Non moins invariablement, le républicain de droite dira que non, car l’afflux de populations étrangères change en profondeur la nature de la France.   

Antonin Campana

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Indigène 29/05/2021 09:29

Le genre d'articles qu'on devrait lire dans des journaux comme le Figaro etc.. sauf qu'eux soutiennent les "Républicains" (parti politique..), (80% de leur rédaction est de gauche), ils préfèrent donc regretter le manque d'assimilation et s'opposent à la gauche woke/décoloniale car elle serait communautariste et opposé à "l'universalisme républicain"...

Paul Verdun 20/05/2021 11:54

Aymard écrit :
"Le combat se situe entre patriotes souverainistes et fervents défenseurs de l'UE."

Cher Aymar, ne pas tomber dans un point de vue limitée ?
Jeter le bébé avec l'eau du bain ?

L’Europe n'est pas réductible à l'UE, c'est ridicule de penser que tous nos malheurs viennent de l'UE ! (Voir Orban qui fait bien ce qu'il veut ?)

Qui votent les lois liberticides l'UE, non ?
Oui, c'est bien notre souverainiste état français depuis 40 ans !


Non, le véritable enjeu, le combat c'est la lutte contre l'universalisme de tout poil, qu'il soit républicain ou mondialiste sans frontièriste.

Oui, nos ennemis sont les métisseurs contre les européens caucasien !
Les bio-conservateurs contre les dé-constructeurs !

Vive l’Europe des européens pour les européens natifs !
Défendre une Europe nouvelle à tout prix !

Aymard 20/05/2021 03:19

Bonjour,
Un article idéologique qui nous montre la différence entre un républicain de droite et de gauche.
Sauf que l'heure n'est plus à un dogme/clivage droite gauche.
C'est en 1983 que Mitterrand abandonne le socialisme pour une mondialisation heureuse.
C'est en 1991 que Chirac ratifie le traité de Maastricht.
C'est en 2007 que Sarkozy ratifie le traité de Lisbonne et s'assoie sur les 55% des Français qui ont voté contre.
Cela fait 40 ans que droite et gauche mènent une même politique.
Ce n'est pas avec ces zozos que l'on pourra refermer nos frontières.
Pas plus tard que trois jours, le Capitaine de Gendarmerie Hervé Moreau sollicite l'investiture LR dans le Rhône. Incompétence crasse politiquement ou salaire à la hauteur de sa trahison?
Le combat se situe entre patriotes souverainistes et fervents défenseurs de l'UE.
Tout le reste n'est que poudre aux yeux.
Républicain de droite d’aujourd’hui dans une société parallèle autochtone est un oxymore.
Bien à vous

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents