Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Terre Autochtone

Terre Autochtone

Le blog des aborigènes d'Europe, par Antonin Campana


Grand Rassemblement : la méthode albanaise

Publié par Antonin Campana sur 4 Septembre 2017, 14:29pm

Catégories : #Perspectives Autochtones, #Conquête des droits

Grand Rassemblement : la méthode albanaise

Si l’on admet que le peuple autochtone de France est un peuple emprisonné dans une société multiraciale artificielle, alors il faut admettre que le véritable combat politique ne peut être qu’une lutte absolue de libération nationale. Cette lutte doit prendre en compte trois facteurs déterminants : d’une part la toute puissance d’un Etat républicain qui représente exclusivement la société Frankenstein multiethnique et qui à ce titre nous est étranger, voire hostile ; d’autre part la présence d’une forte population allochtone objectivement liée à cet Etat (celui-ci garantissant l’installation définitive de celle-ci) ; enfin, la division et le manque de solidarité des Autochtones.

D’autres peuples ont connu des situations comparables et ont su mener avec succès une lutte de libération. Le peuple albanais du Kosovo est de ceux-là. Le combat pour l’indépendance de celui-ci peut donc être analysé avec profit. Il convient néanmoins de souligner préalablement que nous analysons ici des processus sans aborder leur légitimité. Nous n’oublions pas qu’il y a une différence de taille entre les Européens qui subissent sur leurs terres ancestrales une immigration de peuplement organisée, et les Albanais du Kosovo qui sont des immigrés venus s’installer sur des terres ancestrales serbes. Pour mémoire, le Kosovo était (est) le cœur spirituel et culturel de la Serbie (l’équivalent de notre Ile-de-France). Avant l’invasion ottomane, il était quasi exclusivement (98%) peuplé de Serbes chrétiens. Il est aujourd’hui (2013) peuplé à 92% d’Albanais musulmans (ceux-ci, profitant de nouvelles vagues migratoires, d’épurations ethniques et d’un taux de fécondité supérieur à celui des Serbes, composent 32% de la population du Kosovo en 1871, 47.88% en 1899, 60,06% en 1931, 73,7% en 1971 et donc 92% en 2013 !)

Ceci étant précisé, ne nous privons pas de tirer leçon de la manière dont les Albanais musulmans se sont émancipés de l’Etat serbe qu’ils abhorraient et de la société multiethnique qu’ils refusaient. Cela s’est fait en trois temps.

Première phase : le Rassemblement

Au début des années 1980, l’élite indépendantiste albanaise doit résoudre le problème de la fragmentation de la société albanaise. Si celle-ci présente une indéniable unité culturelle et religieuse, elle est socialement éclatée et divisée. Il n’y a aucune solidarité entre les familles et les clans dont les rapports sont régis par un droit coutumier (le Kanun) qui impose la vendetta et la « reprise de sang ». Chacun poursuivant ses propres intérêts familiaux, la société albanaise est, depuis des générations, une société en guerre contre elle-même, ne montrant ni solidarité nationale, ni unité face à l’Etat serbe.

Les dirigeants indépendantistes albanais ont très tôt compris qu’ils devaient unir leur peuple avant d’envisager son émancipation. L’idée a semble-t-il surgi dans les milieux étudiants progressistes sous la houlette de l’ethnologue Anton Ceta, bientôt nommé président d’un Conseil central du Mouvement national de Réconciliation. Voici ce que dit Anton Ceta de son action[1] :

«  Les  résultats  au  début  furent  assez limités,  mais  chaque semaine  ils étaient  plus  encourageants  et  au  bout  d'un  mois,  aux  premiers  jours  de mars,  spontanément dans  23 communes, se sont  formés des groupes pour la  réconciliation  du  sang (…).

Des  intellectuels  avec  la jeunesse  s'informaient  dans  les  villages  et  pendant  le  week-end,  ils allaient  prier les paysans,  les gens  isolés  qui  devaient faire la  vendetta, de se  réconcilier.  En juillet, 600 cas avaient été réconciliés.  C'était enthousiasmant...  (…). Nous  avons  dit  que  le  meilleur garant  était  le  peuple,  la jeunesse  et  le  drapeau...  Jusqu'à maintenant  nous  avons  fait  la réconciliation  de  mille cas  de  meurtres,  de  500  cas  de  blessures  et  de  700 cas  de conflits  divers.  Nous avons donné assez d’importance aux conflits divers car plus tard ils pouvaient finir par un meurtre (…).

Dans ces  réconciliations  publiques, il  y  a  eu  des  réunions  comprenant 100  ou  200  000  personnes,  dans  la  vallée  de  Decani  nous  avons  eu jusqu'à  500 000 personnes.  Les gens  venaient de tout le Kosovo et même de  Macédoine,  du Monténégro,  de Serbie  du  sud,  de  Preshevo, tous voulaient  voir  comment  se  faisait  la  réconciliation,  tous  s'enthousiasmaient et  certains  pleuraient.  C'était l'euphorie.  Peut-être aurez-vous l’occasion de voir le film tourné sur place. Nous avons préparé  à  Decani la réconciliation  sur  les  meurtres  et  les  blessures,  et  des  deux  côtés  venaient  un représentant  de  chaque  famille,  ils  se donnaient  la  main. Et celui  dont  le parent  avait  été  tué  ou  blessé,  déclarait à  voix  haute  dans  le  micro  :  "Je pardonne le sang de mon  père, de mon  frère,  de mon oncle etc. au peuple, à  la  jeunesse  et au drapeau." Tout  cela était accompagné  d'un programme culturel,  chansons,  poésies,  et  dans  cet  enthousiasme,  alors  que  nous avions prévu 40  cas,  se  sont présentés  spontanément  16 autres cas  :  "Moi aussi je  pardonne le  sang  de  mon père".  C'était un enthousiasme général qu’on ne peut pas s’imaginer...  Et  lors  de  ces  réunions  se  rencontraient les  vieux  avec  les  jeunes,  les  professeurs  ou  médecins  avec les  analphabètes,  les  femmes  avec  les  hommes,  les  filles  avec les  jeunes gens,  c'était un  rapprochement de  tout  notre  peuple,  et  puis  une solidarité,  une  consolidation,  une  union  nationale.  Le  principal  étant  qu'il  n'y avait plus de  distinction  selon  la  condition économique,  la  religion,  ou la fonction. Et cela fut un grand résultat qui a entraîné ensuite des répercussions positives ».

Le journaliste et philosophe albanais Shkêlzen Maliqi écrira qu’à la suite de cette grande réconciliation « environ 2000  familles  impliquées  dans  la  vendetta se réconcilièrent,  ce  qui a libéré  quelque 20 000  personnes  assignées à résidence  dans leurs maisons ».

 

Pour Ibrahim Rugova, futur président du Kosovo, cette « grande réconciliation » a été la libération intérieure, spirituelle et culturelle qui a conditionné l’indépendance. Elle a surtout permis d’entrer dans la seconde phase de l’émancipation : la sécession.

 

Seconde phase : la sécession

 

La société albanaise étant réunifiée, il était désormais possible de l’organiser. Les forces vives qui s’épuisaient dans une vendetta stérile allaient maintenant être dirigées contre l’Etat central. Mais pour cela, la société albanaise devait s’organiser en contre-société, ou plutôt en société parallèle ne vivant plus « avec » les autres nationalités ou « dans » la République de Serbie, mais résolument « à côté ».

Un parti dirigé par le philosophe et écrivain albanais Ibrahim Rugova fut créé en 1989 sous le nom de « Ligue Démocratique du Kosovo » ou LDK. Très vite, la LDK put s’appuyer sur un réseau de 25000 membres actifs et recueillir les sympathies d’une majorité d’Albanais. Rugova ne cache pas son rêve de réunir le Kosovo indépendant à l’Albanie (projet de « Grande Albanie »). Il opte cependant pour des méthodes gandhiennes non violentes plutôt que pour l’affrontement direct avec l’Etat central. Dès le 07 septembre 1990, une assemblée clandestine proclame la République du Kosovo. Rugova va pouvoir alors mettre en place un véritable Etat fantôme personnifiant la nation albanaise du Kosovo.

 

Ainsi, afin de court-circuiter les services sociaux et sanitaires officiels, les Albanais créent un système de santé parallèle avec des hôpitaux, des dispensaires, des antennes locales et des organisations humanitaires qui viennent en aide à des dizaines de milliers de familles.

Manifestant leur refus du programme scolaire unique valable sur tout le territoire de la République de Serbie, les dirigeants albanais décrètent le boycott des écoles publiques dépendant du gouvernement de Belgrade (février 1991). Ils mettent en place un système éducatif parallèle qui scolarisera, jusqu’à l’université, plusieurs centaines de milliers d’enfants dans des appartements privés, des entreprises désaffectées, des entrepôts…

Une administration parallèle s’installe logiquement. Celle-ci organise, en mai 1992, des élections parlementaires et présidentielles clandestines. Ibrahim Rugova est élu président de la République autoproclamée du Kosovo et nomme immédiatement un gouvernement parallèle.

Ce gouvernement entérine le boycott des impôts payés à l’Etat central ainsi que celui des charges dues aux institutions ou aux entreprises publiques relevant de Belgrade (impôts locaux, facture de chauffage, d’eau, d’électricité…). Il décrète cependant un nouvel impôt équivalent à 3% du salaire mensuel qui ira directement alimenter les caisses du gouvernement parallèle albanais.

Avec cet argent et celui de la diaspora, le premier ministre de Rugova, Bujar Bukoshi, achète du matériel militaire et crée, en 1998, une armée nationale encadrée par d’anciens officiers albanais de l’armée yougoslave : les Forces Armées de la République du Kosovo, ou FARK. Cette armée comptera entre 3000 et 5000 hommes de troupe, dont 200 à 300 officiers.

 

Ainsi, à la fin des années 1990, le Kosovo est de facto devenu un Etat indépendant qui a rompu l’essentiel de ses attaches avec l’Etat central serbe. Les Albanais possèdent « en parallèle », leur constitution, leur parlement, leur président, leur gouvernement, leur système de soin, leur système scolaire, leur administration, leur armée, leur drapeau (« drapeau de Dardanie » avec l’aigle albanais, voir photo). L’Etat parallèle perçoit l’impôt et finance ainsi ses propres institutions, dont une armée. Sans violence, la population albanaise du Kosovo a donc fait sécession.

 

Troisième phase : l’indépendance

 

Nul besoin d’être grand clerc pour pronostiquer qu’à ce stade l’Etat serbe, malgré toute son énergie, ne pouvait très longtemps garder une province (la « vieille Serbie » !) dont les Albanais, par l’immigration et l’accroissement naturel, s’étaient progressivement emparés. A moins d’y installer en masse de nouvelles populations serbes (lesquelles ? d’autant que les pressions albanaises, souvent violentes, avaient plutôt tendance à les faire partir), il ne fallait pas espérer inverser un processus qui ne pouvait mener qu’à une sortie des Albanais de la République de Serbie. 

Cependant, effectivement, l’indépendance de fait n’était pas encore l’indépendance de droit… d’où l’entrée en scène de l’UCK.

 

L’UCK est connu pour être un groupe paramilitaire albanais favorable à l’épuration ethnique et à l’utilisation de la violence pour « libérer » le Kosovo de toute présence serbe. Cette organisation a ainsi commis de nombreux assassinats dont furent victimes principalement les Serbes, mais aussi les Albanais encore fidèles à l’Etat central (10% à 15% environ) ainsi que les membres des Forces armées de la République du Kosovo. Les Etats-Unis et leur vassaux se serviront de cette organisation à la fois criminelle et mafieuse, un temps classée par eux comme « terroriste », pour déclencher une guérilla armée qui justifiera l’intervention de l’OTAN contre la Serbie (et qui permettra l’implantation au Kosovo d’une énorme base américaine –camp Bonsteel- contrôlant tous les Balkans !).

 

Après la guerre contre la Serbie, le Kosovo échoit naturellement à l’UCK. L’indépendance ne tarde plus à être proclamée. Autrement dit, ce que la résistance passive d’Ibrahim Rugova était en passe d’obtenir par la désobéissance civile, l’UCK aidé de l’OTAN l’avait obtenu au prix d’une guerre qui fit des dizaines de milliers de morts (aucun du côté de l’OTAN, si l’on excepte les deux morts d’un accident d’hélicoptère) ! Car à n’en pas douter, le gouvernement parallèle de Rugova avait développé la bonne stratégie : l’inertie du gouvernement de Belgrade est là pour le démontrer. Ce dernier, à n’en pas douter, pourvu que la minorité serbe du Kosovo ne soit pas maltraitée, avait accepté une indépendance de fait contre laquelle il ne pouvait de toutes façons plus rien : il ne cherchait plus à recouvrer l’impôt et, faute de les reconnaître, il tolérait les institutions parallèles. Ce n’est que lorsque l’UCK assassinera des policiers et des civils serbes que Milosevic se résoudra à envoyer les première troupes dans la province (mars 1998).

 

Quels enseignements tirer de la « méthode albanaise » ?

 

Par « méthode albanaise » nous désignons bien évidemment l’action politique non violente menée par des personnalités comme Anton Ceta ou Ibrahim Rugova. L’UCK, quant à elle, n’aurait jamais pu mener à bien sa guérilla si Ceta n’avait pas unifié la société albanaise (grande réconciliation) et si Rugova ne l’avait pas organisée et dotée d’institutions parallèles. Sans cette mise en forme de la conscience nationale, l’UCK serait resté un groupuscule… malgré les armes et les instructeurs de l’OTAN !

 

Le premier enseignement qu’il convient de tirer est celui-ci : pour libérer un peuple d’un Etat étranger, il convient préalablement de le rassembler. Même si tout n’est pas superposable, les peuples autochtones européens, emprisonnés dans des sociétés multiculturelles, confrontés à des Etats qui nient leur existence, fragmentés par une ingénierie sociale criminelle, sont dans la situation des Albanais du Kosovo avant l’action du Conseil central du Mouvement national de Réconciliation. Sans cohésion, un groupe, quel que soit sa taille, n’est qu’une masse manipulable et sans importance. L’exemple albanais nous suggère d’initier, en fonction de notre propre sociologie, un Grand Rassemblement qui soit l’équivalent de la Grande Réconciliation albanaise. Il n’y a pas de recette miracle, mais il paraît évident que le premier travail sera d’unir les Réfractaires autochtones autour de la défense de la nation autochtone. Gageons que les évènements à venir vont les aider dans leur tâche. Tous ceux qui ne viendront pas spontanément à la nation autochtone la rejoindront par nécessité. Ces dernières années nous avons assisté à un exil géographique et horizontal d’Européens fuyant le vivre-ensemble. Les prochaines années connaîtront un exil spirituel et vertical d’Européens retrouvant leur lignée. Préparons-nous à les accueillir !

 

Rassembler le peuple « conscient » ne suffit pas : il faut aussi l’organiser. C’est le second enseignement de la « méthode albanaise ». La désobéissance civile est une arme redoutable : pourquoi être complice d’un Etat qui détruit notre peuple sous prétexte qu’il n’existe pas ? Rugova nous a montré qu’un peuple rassemblé, même très partiellement, peut parfaitement mettre en place ses propres institutions sociales, bancaires, scolaires, fiscales, militaires… Il peut se doter d’un parlement parallèle, d’un gouvernement parallèle, d’un Etat parallèle. Que resterait-il du pouvoir de l’Etat étranger républicain si les Autochtones européens de France refusaient de payer l’impôt en raison, par exemple, de la politique migratoire de celui-ci ? Il n’en resterait rien ! Impossible ? Les Albanais du Kosovo l’ont fait !

 Car tout cela n’est qu’une question de nombre, de maillage et d’organisation ! De patience, et aussi de constance. Installer une société parallèle qui unifie un peuple au nom de son droit à l’existence, de son droit à disposer de lui-même, contre le racisme d’Etat qui l’avilit, contre un Grand Remplacement qui le détruit, pour sa dignité… est possible ! Faire d’un peuple une force politique organisée pour conquérir des droits collectifs puis l’indépendance est légitime lorsque l’Etat central est illégitime. Et quoi de plus illégitime qu’un Etat qui, au nom des ses prétendues « valeurs » universelles, met le peuple dans une telle situation d’insécurité que son avenir n’est plus assuré ?

 

Tout cela peut et doit se faire pacifiquement. L’Etat mondialiste républicain ne peut rien contre un peuple qui le boycotte et se rallie à un gouvernement parallèle autochtone reconnu par lui comme seul légitime. En 2017, un tel rassemblement autour d’un gouvernement autochtone paraît très illusoire. Pourtant, la conviction que « nos » élites politiques, médiatiques et économiques nous trahissent est de plus en plus répandue. D’autre part, les politiques d’immigration, la pression fiscale pour les financer, le vivre-ensemble forcé, le système d’avilissement destiné à museler la parole par le sentiment de culpabilité… ont développé une conscience d’appartenance autochtone qui se traduira tôt ou tard par des actes. Une partie du peuple autochtone européen est maintenant mûre pour le Grand Rassemblement. Il ne manque plus qu’une étincelle pour que cette prise de conscience se transforme progressivement en union nationale. Il revient aux Réfractaires européens d’être les Anton Ceta et les Ibrahim Rugova de la libération des peuples autochtones européens.

 

Antonin Campana

 

 

[1] Cité par Pierre Dufour, La non violence et la guerre au Kosovo, Autre Temps – Cahiers d’éthique sociale et politique, 2000, n°67

Commenter cet article

Anne-Laure 06/09/2017 09:06

Tout d'abord, merci de reprendre vos réflexions, toujours percutantes. Et merci de fournir, en décrivant la méthode albanaise, une piste pour sortir de l'énorme catastrophe dans laquelle nous entrons. En lisant votre texte, je n'arrêtais pas de me dire 'oui,mais…' et finalement vous répondez à toutes mes objections dans votre conclusion : si le retour en arrière est impossible (retour à nos frontières et à la France d'avant), le regroupement des autochtones européens est la seule solution. Je donnerais tout ce que j'ai pour pouvoir assister à la mise en place de ce mouvement. Mais j'ai 65 ans et il faudra certainement des années avant que ce que vous envisagez se mette en place. Les Albanais avaient de plus l'avantage d'être moins disséminés géographiquement et d'être davantage capables que les Français de s'unir. Mais vous me redonnez de l'espoir ! A-L.

Antonin Campana 06/09/2017 09:47

Bonjour Anne-Laure,
Merci pour votre message. Je ne voudrais pas faire preuve d'un optimisme démesuré, mais je pense que le Grand Rassemblement est pour maintenant. Vous le verrez et moi aussi !
AC

Paul-Emic 04/09/2017 22:43

le problème, malheureusement, c'est que nous sommes plutôt dans la situation du peuple serbe que dans celle des envahisseurs Albanais ET qu'en plus nous avons le gouvernement sensé nous défendre contre nous, ainsi que les autorités spirituelles, si l'on peut encore donner ce qualificatif à l'Eglise catholique.
Dans le cas du Kosovo, les forces destructrices soutenaient les Albanais car leur émancipation correspondait parfaitement à leurs plans de destruction des États européens, surtout ceux dotés d'une forte imprégnation nationaliste, de l'intérieur. Si des Serbes avaient voulu s'émanciper de l'emprise musulmane, ils auraient déjà disparu ou presque comme les malheureux Serbes du Kosovo qui n'ont pas pu fuir.
La phase suivante ne peut plus être une démarche pacifique de reconquête par la politique, par les urnes. S'il faut s'inspirer de quelques uns, c'est plutôt chez Lénine, Hitler ou Castro qu'il faut les chercher, indépendamment de leur idéologie, mais s'inspirer de leurs méthodes. Autrement il n'y a aucune solution.

Antonin Campana 05/09/2017 09:01

Dans le cas du Kosovo, les "forces destructrices" ne sont intervenues que dans un second temps, à partir de 1997-1998. Auparavant, la société parallèle créée par Rugova n'intéressait personne. Je pense que vous faites erreur, nous sommes bien dans la situation des Albanais du Kosovo : l'Etat central est contre nous, nous sommes majoritaires mais désunis et une population étrangère réside au milieu de nous... Lénine, Hitler ou Castro ont mené une lutte politique pour imposer une vision politique. Cela est complètement dépassé aujourd'hui : à l'exemple de Rugova, il s'agit de mener une lutte de libération nationale, très proche en fait d'une lutte anticoloniale, peu importe les clivages politiques des uns ou des autres (un seul critère doit être déterminant : la conscience d'appartenance et l'engagement qui en découle).

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents