Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Terre Autochtone

Terre Autochtone

Le blog des aborigènes d'Europe, par Antonin Campana


Trump, Marine Le Pen et l’autochtonisme

Publié par Antonin Campana sur 10 Novembre 2016, 16:56pm

Catégories : #Perspectives Autochtones

Trump, Marine Le Pen et l’autochtonisme

Ainsi Donald Trump  a remporté les élections américaines ! Quelques lecteurs me demandent si cela (un candidat hors-système se hissant grâce à sa fortune au sommet du pouvoir d’Etat) serait susceptible  de remettre en question la stratégie autochtoniste que nous préconisons (sous entendu : pourquoi ne pas recentrer le combat identitaire  sur les élections de 2017 ?). 

Rappelons rapidement que l’autochtonisme est un système de pensée qui veut imposer la reconnaissance politique du peuple autochtone (en l’occurrence, pour ce qui nous concerne, le peuple des autochtones européens de France, ou d’Europe, c’est comme on voudra), puis le droit pour celui-ci à disposer de lui-même et, en attendant cette libération salvatrice, son droit à la prééminence politique, culturelle, religieuse sur ses terres ancestrales. En fait, l’autochtonisme cherche à construire une contre société et un Etat parallèle qui rendent le peuple autochtone insoluble dans la nation melting-pot. 

A l’évidence, Trump va faciliter l’accès au pouvoir de Marine Le Pen. On le dit « populiste », on la dit « populiste », après le « populiste » Brexit cela ne peut que décomplexer le vote « populiste » en France. D’autre part, dans l’éventualité où Marine Le Pen arrive au pouvoir et applique son pouvoir anti-UE, anti-Euro, anti-OTAN, et dans l’éventualité toujours où Trump tienne ses promesses non-interventionnistes, il est peu probable que ce dernier organise en France une révolution de couleur basée sur le « malaise des banlieue » et la classe urbaine surprotégée des gaucho-bobos, ce qui n’aurait probablement pas été le cas si la sociopathe du Département d’Etat avait été élue.

Enfin, la classe politico-médiatique française a commis l’exploit extraordinaire de diaboliser et insulter les Présidents des deux principales puissances mondiales : Poutine et Trump ! Seuls des niais ont pu se mettre dans une telle position. Gageons qu’il y aura dans les mois qui viennent de déchirants revirements qui vont nous faire bien rire et qui, là encore, serviront Marine Le Pen.

Il est donc presque certain que la présidence Trump va faciliter la campagne de Marine Le Pen (à condition que d’ici les élections en France il n’y ait pas de guerre civile larvée aux Etats-Unis, que le complexe militaro-industriel, Wall Street et le Pentagone soient contenus, que Trump ne connaisse pas le sort de Kennedy…).

Admettons que dans le sillage de Trump, Marine Le Pen soit le futur « Président de la République ». Elle présidera non pas le peuple autochtone, dont elle veut ignorer l’existence, mais, si les mots ont un sens, un régime politique (la République), voire, si l’on veut, une nation melting-pot globale composée de populations de diverses origines. Ces populations étrangères sont pour l’instant minoritaires mais, même en admettant que Marine Le Pen coupe les vannes de l’immigration, elles seront majoritaires entre 2040 (Chauprade) et 2050 (Gourévitch). L’arrivée au pouvoir de Marine Le Pen ne changera donc pas grand-chose à la problématique du Grand Remplacement. Tout au plus fera-t-elle gagner 10 ans au régime politique qui est la cause de nos malheurs.

Il serait donc suicidaire pour le peuple autochtone de ne pas adopter une stratégie autochtoniste. Voter pour Marine le Pen est une (bonne) chose dans la mesure où l’immobilisme est pire que tout (si les choses restent en l’état, notre peuple va disparaître). Mais ne compter que sur une élection pour inverser le processus inexorable qui conduit au génocide est une folie. Notre peuple doit se prendre en charge sans compter sur les dirigeants de la nation melting-pot, et cela quels que soient ces dirigeants. Le combat identitaire doit être un combat communautaire (ou « national identitaire») et non un combat électoral mené selon les règles du régime qui nous opprime. Trump a été élu, c’est très bien. Encore faut-il que cela ne mobilise pas les énergies dans une mauvaise direction. L’avenir de nos peuples en dépend.

Antonin Campana

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Catherine 11/11/2016 15:20

Oui, je suis bien d'accord avec vous.

L'élection n'est pas tout.

Mais c'est déjà un pas, et là, en l'occurrence l'élection de Trump nous offre un magnifique bol d'air et nous remet en selle en quelque sorte, comme s'il était possible, à travers elle, de croire en autre chose qu'un sombre destin.

Du coup nous retrouvons notre arroi ( notre tenue, notre assise) nous qui étions dans le dés-arroi!

Ce n'est pas rien de retrouver une pensée souriante, ça galvanise les esprits et c'est très bon pour la maladie dont nous souffrons.

C'est même de la dynamite, car ça vient casser les vieux schémas qui nous rigidifient parfois!

Indigène 11/11/2016 05:13

C'est énorme ce qui se passe ces temps ci.
On voit que les votes aux Usa sont totalement ethniques; Cette fameuse Amérique blanche est passée près du fil du rasoir, ils sont déjà minoritaires en naissances, alors qu'ils étaient 96% au début des années 60.
Trump va s'attaquer à l'immigration et leur donner de la marge, la démographie étant la base de tout et les peuples fondateurs de civilisations étant les gardiens de cette civilisation, peut-être va il relancer subtilement la natalité blanche car lui, est un défenseur de sa civilisation.
J'espère aussi qu'il va faire du ménage dans les réseaux et autres lobbys, car ça influe trop sur la France. Mais aura il assez de pouvoir...

C'est bon pour nous, c'est bon internationalement, ça déplace aussi le curseur du politiquement correct en France, je jouis de lire leurs articles où ils parlent de "blancs" toutes les lignes. Les tabous se brisent.

Quant à Marine, je pense comme vous, le problème est structurel, massif, philosophique, ça ferait plaisir de la voir élue, mais elle ne ferait que retarder la minorisation sans pouvoir la contrer, puis la gauche idéologique domine encore tout, médias, universités, arts etc...

Marine serait perçue par la moitié comme leur ennemie à mort, et ne servirait pas les intérêts de l'autre moitié.
Même au pouvoir, élu par une majorité de vieux blancs, le Fn ne dominerait rien, l'immigration passerait juste de 250 000 par à 100 000... la société de nos ennemis continuerait de grossir malgré ça.
Par contre il pourrait semer des graines un peu partout dans les hautes sphères et dans les lois que nous recolterions plus tard. Il faut voter pour eux malgré un fossé philosophique.

Donc vous avez raison, il faut privilégier les notres et exclure les autres dès qu'on le peut, faire comme les Juifs, les arabes et les noirs.
Sur ce point c'est les plus fortunés et hauts placés des notres qu'il faut cibler.
Cibler la jeunesse en priorité pour la propagande, les agés sont intéressants actuellement car majoritaires et peuvent permettre l'élection de Marine.

oliivier 10/11/2016 20:48

Mine de rien entre Poutine, Trump et peut-être en Autriche, Marine Lepen n'est plus isolée sur la scène internationale

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents