Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Terre Autochtone

Terre Autochtone

Le blog des aborigènes d'Europe, par Antonin Campana


Vers une démocratie identitaire ?

Publié par Antonin Campana sur 1 Juin 2016, 17:46pm

Catégories : #Perspectives Autochtones

Vers une démocratie identitaire ?

 

La question démocratique ne doit pas être écartée par la dissidence, car si la « démocratie » est le « pouvoir du peuple », alors la survie de notre peuple est indissolublement liée à la démocratie, c’est-à-dire à notre capacité à disposer de nous-mêmes hors de la société carcérale qui œuvre à notre destruction.

Pourquoi une « démocratie identitaire » ? Parce que la démocratie est identitaire ou n’est pas !

En quoi un peuple est-il libre si on lui refuse jusqu’à la possibilité d’organiser la société selon ses propres valeurs culturelles ? Comment un peuple pourrait-il disposer de lui-même si on lui interdit de modeler le monde, mais aussi son existence sociale, en fonction de ses valeurs identitaires spécifiques ? Un individu qui ne parvient pas à mener sa vie en fonction de sa personnalité propre, de ses choix subjectifs, de ses croyances, n’est pas un homme libre. Et un peuple à qui l’on dénie le droit de forger son destin en fonction de ses traditions, de sa religion, de sa culture, de son identité, n’est pas un peuple libre ! Le premier acte démocratique est de redonner au peuple le pouvoir d’organiser la société selon  une logique identitaire spécifique. Un système politique qui substitue des valeurs prétendument universelles (les « valeurs de la République ») à la culture sociétale (voir Glossaire) est par définition  antidémocratique.

Lorsqu’on a posé le principe selon lequel la démocratie consiste, avant toute chose, à donner au peuple le pouvoir de vivre librement son identité profonde, il faut envisager les mesures indispensables qui lui permettront d’exercer ce pouvoir élémentaire, sans lequel la démocratie n’est qu’une illusion. Pour commencer, il est impératif, selon nous, de libérer les médias et de mettre fin au système politique représentatif.

Nous avons déjà souligné que les médias étaient entre les mains de la Banque, de la Finance et des multinationales, c’est-à-dire du pouvoir oligarchique. Le système représentatif est abusivement appelé « démocratique » car les représentants seraient « élus par le peuple » ! C’est en effet une vaste escroquerie puisque le peuple ne peut élire que les politiciens qu’il connaît, c’est-à-dire ceux que l’oligarchie veut bien médiatiser. Le système représentatif permet à l’oligarchie de placer « ses hommes » à la tête des Etats. Or l’oligarchie est mondialiste, anti-identitaire, contre les nations et les peuples. La démocratie exige donc que le pouvoir médiatique soit rendu au peuple et que le système représentatif soit aboli.

L’indépendance des médias par rapports aux Banques, à la Finance et aux multinationales peut se faire très facilement, par simple décret. Ce n’est qu’un problème technique à la portée d’un haut fonctionnaire. Il en est de même de leur indépendance par rapport à la publicité puisque la publicité est encore un moyen de pression dominée par l’oligarchie. Il conviendra aussi de rappeler aux journalistes –mais cette engeance apprend très vite- la différence entre information et opinion, la leur en l’occurrence. L’ère des « faiseurs d’opinion » doit se terminer, c’est une des conditions de la démocratie.

Il est possible aussi de substituer au système représentatif une démocratie participative, avec usage systématique de « votations » sur les sujets importants ou proposés par des citoyens. Cette démocratie participative pourrait être associée à un collège de missi dominici doté d’un mandat impératif, et révocable à tout moment par le peuple (votation) s’il ne remplissait pas sa mission.

La démocratie identitaire devrait s’appuyer enfin sur une classe de « gardiens de l’identité » qui aurait avec la culture sociétale le même rôle que les académiciens avec la langue française, que le Conseil Constitutionnel avec les lois, ou que les rabbins avec la société juive : dire le juste, conserver la mémoire, alerter, conseiller… Il reviendrait aux « Gardiens » de veiller aux conditions de la démocratie et notamment de désigner les discours bafouant l’identité autochtone, stigmatisant le peuple autochtone, faisant la promotion de l’antijaphétisme ou falsifiant l’histoire autochtone…

Voilà donc, à la demande de quelques lecteurs, quelques pistes sommairement ébauchées. Certaines d’entre elles pourraient être expérimentées dans le cadre d’une communauté autochtone (démocratie participative, mandat impératif, « Gardiens de l’identité »). Car avant de fonder une démocratie identitaire, l’urgence est de fonder une démocratie communautaire.

 

Antonin Campana

Commenter cet article

Moogly 04/06/2016 00:14

Belle analyse comme toujours !
Le seul énorme problème c'est que notre identité ne repose pas uniquement sur une religion sectaire comme c'est le cas avec le "fascisme vert" ... Ceux-là ont une méthodologie rodée et sont soutenus par les trans-humanistes "républicains" qui veulent détruire nos vieux pays européens ainsi que la race blanche. Tous les piliers séculaires de notre identité ont été sapés et vérolés ; Eglise, Patriotisme, Famille, Traditions sont battus en brèche par les médias, tournés en dérision par des pseudo-élites qui monopolisent les vecteurs d'opinion ....

Indigène 03/06/2016 01:09

J'ai même pas 30 et je suis pas sur de voir ça, ça peut durer très longtemps et nous pouvons même perdre, c'est à dire êtres remplacés et disparaître.

Ceci dit, le concept de gardiens de l'identité est totalement anti democratique, sans que ce soit négatif.
Les gardiens de l'identité existent déjà dans ce système, sauf que leur identité est universelle et republicaine, il faudrait juste les remplacer par des gardiens des natifs.
La démocratie n'existe pas du tout en France, mais est-ce si mal ? Je ne pense pas qu'il faille une vraie démocratie, mais plutôt un régime proche de celui nous dirigeant actuellement, avec des principes philosophiques inversés, un régime identitaire, ayant comme priorité de défendre la survie du peuple natif, dans sa diversité, régionale, nationale, continentale. Mais tout ça na rien de démocratique, pas plus que le mondialisme ou l'universalisme dominants, car ça bride la démocratie, d'autant qu'une portion massive des gens veut de l'immigration, du métissage et rejette tout l'héritage Français et Européen.

bithovan 02/06/2016 16:49

bonjour;70 ans vont sonner pour moi; pensez-vous que je puisse voir çà ?

Antonin Campana 02/06/2016 17:13

Bonjour,
Il faut être optimiste ! 70 ans, ce n'est pas si âgé et puis les choses peuvent aller très vite...
Courage !
AC

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents