Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Terre Autochtone

Terre Autochtone

Le blog des aborigènes d'Europe, par Antonin Campana


L’illusion démocratique

Publié par Antonin Campana sur 11 Mai 2016, 12:48pm

Catégories : #Les joies de la nation Frankenstein

L’illusion démocratique

 

Nous avons déjà fait observer dans ce blog que le régime politique républicain issu de 1789 n’était pas un régime démocratique : ses lois et sa Constitution interdisent aux citoyens de le remettre en cause, il n’autorise pas le peuple français à disposer de lui-même, il ne reconnaît pas le peuple autochtone de ce pays.

 

Le caractère non démocratique du futur régime républicain a été posé ouvertement dès septembre 1789 par l’abbé Sieyès. Les conceptions du député vont dicter l’essentiel de l’architecture du régime républicain et peuvent se résumer à cet extrait de son célèbre discours du 7 septembre 1789 :

 

 « Les citoyens qui se nomment des représentants renoncent et doivent renoncer à faire eux-mêmes la loi ; ils n’ont pas de volonté particulière à imposer. S’ils dictaient des volontés, la France ne serait plus cet État représentatif ; ce serait un État démocratique. Le peuple, je le répète, dans un pays qui n’est pas une démocratie (et la France ne saurait l’être), le peuple ne peut parler, ne peut agir que par ses représentants. » ( Dire de l'abbé Sieyès, sur la question du veto royal : à la séance du 7 septembre 1789) ;

 

En fait, le régime républicain vole la souveraineté au peuple grâce à une escroquerie intellectuelle dont Sieyès est l’un des initiateurs. Les républicains vont tout d’abord affirmer que la souveraineté est « nationale » et non « populaire ». Or la « nation », selon les républicains, est une entité morale qui rassemble l’ensemble des citoyens vivants, mais aussi ceux du passé et ceux à venir. Le « peuple » composé seulement des citoyens vivants ne peut donc s’exprimer au nom de la « nation » toute entière. La démocratie, c’est-à-dire le pouvoir du peuple, remettrait en cause l’indivisibilité de la « nation ».  C’est pourquoi, le peuple doit nommer des « représentants » qui seront seuls habilités à parler au nom de la « nation ». Ces « représentants », réunis dans une Assemblée « nationale », n’auront de comptes à rendre à personne (mandat non impératif) et détiendront la véritable souveraineté. C’est ainsi, grâce à ce tour de passe-passe, que la France est devenue un « Etat représentatif » et non un « Etat démocratique ».

 

La construction est intelligente car elle permet non seulement une captation du pouvoir au profit de la classe dominante, mais aussi la conservation par elle de ce pouvoir. En effet, qui seront les hommes élus par le peuple pour être ses représentants ? Forcément les hommes les plus instruits, les plus influents, les mieux placés pour convaincre. Donc, forcément les hommes les plus riches : dans les villages, plutôt le gros laboureur ayant profité des biens nationaux que le journalier ; dans les provinces, plutôt le notable que l’ouvrier ; à Paris, plutôt le grand bourgeois que le domestique. Mais le Pouvoir s’est toujours méfié du peuple, aussi a-t-il avancé avec prudence, vérifiant à chaque étape sa capacité à le dominer : d’abord le suffrage censitaire réservé aux plus riches ; puis le suffrage réservé aux hommes, car le mâle reconnaît et respecte les hiérarchies tandis que la femelle écoute encore les curés ; ensuite seulement le suffrage universel. Quel mépris : Sieyès, dans le même discours, explique qu’il faut au citoyen des « représentants » car celui-ci n’est même pas capable d’interpréter ses propres volontés ou de connaître l’intérêt général ! Montesquieu, déjà, avait expliqué que « le peuple ne doit entrer dans le gouvernement que pour choisir ses représentants, ce qui est très à sa portée » (Esprit des Lois, Livre 11) 

 

Durant ces deux siècles, l’Etat représentatif s’est peaufiné et a gagné en efficacité. Plus besoin désormais, que le « représentant du peuple » soit issu de la Banque, de l’Industrie ou du Commerce. Aujourd’hui, le « représentant du peuple » gagne son élection grâce aux médias et aux réseaux qui « fabriquent le consentement ». Autrement dit, le « représentant du peuple »  est adoubé par l’oligarchie qui possède les médias et se trouve à la tête des réseaux d’influence. Et le « représentant du peuple » sait ce qu’il doit aux maîtres qui lui remplissent en toute discrétion sa gamelle.

 

Le système a donc été construit pour favoriser le pouvoir des plus riches. Si autrefois le plus riche était membre de la grande bourgeoisie française, aujourd’hui le plus riche est un apatride qui fait partie d’une oligarchie mondialisée.  Pourquoi croyez-vous que toutes les multinationales et tous les Soros de la planète militent pour la « démocratie » ? Parce qu’ils aiment le peuple, cette « humanité anonyme » selon l’expression pleine de mépris d’un des leurs (Coudenhove-Kalergi pour ne pas le citer) ? Bien sûr que non : c’est tout simplement parce que la « démocratie », version 1789, consiste justement à leur confier « l’autorité suprême » !

 

De ce qui précède il faut tirer deux conclusions :

D’une part, les lois du régime politique républicain n’ont aucune légitimité : elles sont le produit de pseudo représentants du peuple qui profitent du détournement de la souveraineté au profit d’une caste oligarchique.

D’autre part, les réfractaires et les dissidents n’ont aucune chance de parvenir au sommet du régime politique républicain : celui-ci s’est construit de manière à les écarter. Il est donc inutile qu’ils dépensent leur énergie dans des combats politiques stériles. Rassembler le « peuple », l’extraire de la « nation » trafiquée et grossie de masses immigrées, doit être désormais leur seul objectif. Face à la république oligarchique, il est temps de redonner le pouvoir à notre peuple !

 

Antonin Campana

 

 

Commenter cet article

anonyyyyyyyme 12/05/2016 09:00

La démocratie comme vous le dites est un très long procédé de construction qui commence avec la Révolution de 1789 qui continue avec de nombreuses révoltes mais cette construction n'est pas encore finie. De plus, je suis d'accord avec vous pour dire que les médias procures de l'importance aux personnes qui sont souvent médiatisées, mais pourquoi ces personnes sont-elles autant dans les médias ? Sont-ils puissants, importants dans notre société, par la place qu'ils occupe ou parce qu'ils sont,... ne faut-il pas nuancer ? W. Churchill disait : La démocratie est le pire des régimes à l'exception de tous les autres déjà essayés dans le passé. Vous critiquez la démocratie mais la politique est avant tout ce qui concerne les citoyens donc tous le monde d'après sa définition. Quelles solutions apporter pour que le peuple est plus de pouvoir puisque vous dites que seules les élites ont accès à la politique dans notre société ?

Antonin Campana 12/05/2016 11:08

En gros : banques et multinationales ont pour intérêt économique la mondialisation (extension de leur marché). Or les médias sont possédés par les banques et les multinationales (en France groupe Bolloré, Lagardère, Drahi, Dassault, banque Lazard...). Les médias se doivent donc de défendre les intérêts de leurs propriétaires : c'est-à-dire la mondialisation et le mondialisme. Or ce sont les médias qui assurent la crédibilité et l'influence des politiciens. Autrement dit, aucun politicien antimondialiste ne pourra se faire connaître positivement grâce aux médias. C'est un fait observable. Aucun politicien antimondialiste ne pourra donc être élu (c'est pourquoi les politiciens élus, tous mondialistes, construisent la mondialisation : européisme, TAFTA, migrations...). L'oligarchie, et non le peuple, dispose donc du pouvoir réel. Pour rompre le caractère pernicieux et antidémocratique du système représentatif, il faut commencer par empêcher l'influence oligarchique sur les médias (qui s'exerce aussi à travers la publicité). Le sujet est vaste, je ferai un article.

anonyyyyyyyme 11/05/2016 18:29

Bonjour je pense qu'il est bon d'apporter la précision que la Révolution Française de 1789 n'est que le premier pas vers la démocratie ! Le régime démocratique a mis longtemps à en devenir un comme vous l'avez dit ; et aujourd'hui il évolue encore même si c'est moindre par rapport aux années 1870 ! Les classes moyennes et basses ont acquis de plus en plus de poids politique et cela ne fait que continuer !!! De plus comme W. Churchill disait : "la démocratie est le pire des régimes à l'exception de tous les autres déjà essayés dans le passé." Alors que proposez-vous pour que le peuple est plus de pouvoir ? Quelles sont vos solutions ?

Antonin Campana 11/05/2016 18:46

Bonjour,
La question est bonne, j'essaierai de répondre dans un autre texte. Peut-être ne faut-il pas considérer un peuple comme une masse électorale mais comme une unité indivisible...
Cordialement,
AC

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents