Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Terre Autochtone

Terre Autochtone

Le blog des aborigènes d'Europe, par Antonin Campana


Valls : un républicain antisémite ?

Publié par Antonin Campana sur 10 Mars 2016, 16:19pm

Catégories : #Le coin des clowns, #Les joies de la nation Frankenstein

Valls : un républicain antisémite ?

 

Ainsi donc, pour Manuel Valls antisionisme et antisémitisme sont « synonymes » !

 

Flatté d’être invité au très recherché dîner du CRIF, notre Pepito national a sans doute voulu montrer ce qu’il savait faire d’une brosse à reluire. Fort bien, mais une question se pose toutefois : pouvait-il ignorer qu’on ne peut être en même temps républicain et sioniste, que le républicanisme oblige à l’antisionisme, donc à l’antisémitisme selon ce qu’il dit ?

 

Le sionisme et le républicanisme sont deux idéologies politiques qui reposent sur des postulats opposés  qui s’excluent mutuellement.

 

  • Le sionisme dit que les Juifs du monde entier forment un « peuple ».

  • Le républicanisme affirme que depuis 1791 les Juifs ne forment plus une « nation » 

 

  • Le sionisme dit que le Juif de France est un « Juif français »

  • Le républicanisme prétend que le Juif de France est un « Français juif »

 

  • Le sionisme dit que le Juif de France est en « exil » au milieu du peuple français et qu’il est chez lui seulement en Israël

  • Le Républicanisme dit que le juif de France est chez lui chez nous

 

  • Le sionisme dit que le « Juif français » fait partie du « peuple juif »

  • Le républicanisme ne connait que le « peuple français sans distinction d’origine, de race ou de religion »

     

  • Le sionisme dit que les Juifs au milieu des nations sont des « corps étrangers » (Herzl), un « élément hétérogène, qu’aucune nation n’est en mesure de bien tolérer » (Léon Pinsker)

  • Le républicanisme affirme l’unité et l’indivisibilité du « peuple français »

 

  • Le sionisme considère que l’assimilation fait perdre aux Juifs leur identité ethnique

  • La République est ouvertement assimilatrice

 

  • Le sionisme veut que les Juifs « sortent » et « montent » (en Israël)

  • Le républicanisme veut que les juifs « restent » (en France)

 

  • Le sionisme dit que les Juifs sont en danger au milieu des nations

  • Le républicanisme dit que le « vivre ensemble » est source de richesse et d’harmonie

 

  • Le sionisme dit que les Juifs du monde entier sont naturellement solidaires de l’Etat d’Israël

  • Pour la République, les « Français de confession juive » ont pour seule patrie la France

 

En bref, le sionisme est une idéologie politique qui repose sur l’idée que les Juifs sont différents par leur identité, qu’ils forment un « peuple », que ce peuple est « dispersé » au milieu des nations, que ces nations sont hostiles et que les Juifs doivent retourner sur leurs terres ancestrales.

 

Le républicanisme considère au contraire que les juifs en France forment une religion, qu’ils ne constituent ni  un « corps » ni un « ordre »,  qu’ils sont des citoyens « sans distinction », qu’ils appartiennent au seul peuple français indivisible, que leur unique patrie est la France et qu’ils ont toute leur place dans le « vivre ensemble ».

 

Comment concilier ces deux approches ? Comment peut-on estimer dans le même temps que les Juifs sont ici en « exil » et qu’ils sont « d’ici » ? Par quelle contorsion de la pensée peut-on considérer que la patrie des juifs (à minuscule) est la France mais que celle des Juifs (à majuscule)  est Israël ? Par quelle perversion de l’idéologie peut-on déclarer que les juifs sont des citoyens « sans distinction », c’est-à-dire qu’on ne veut pas distinguer en tant que républicain, tout en les distinguant en tant que sioniste, leur reconnaissant même le droit collectif à un Etat particulier ? Comment proclamer  que la République a tout « refusé aux Juifs comme nation » (Clermont-Tonnerre, 1789) et se rendre à un dîner du CRIF qui sanctionne la persistance légitime de cette nation ?

 

Le modèle républicain est par définition incompatible avec le sionisme. Si Valls est sioniste, alors il n’est pas républicain. Mais si Valls est républicain, alors il est antisioniste.  Et s’il est antisioniste, il est antisémite, selon bien sûr sa « logique »….

 

Antonin Campana

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents