Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Terre Autochtone

Terre Autochtone

Le blog des aborigènes d'Europe, par Antonin Campana


Les lois liberticides signent la fin du « vivre ensemble »

Publié par Antonin Campana sur 21 Mars 2015, 08:44am

Catégories : #Les joies de la nation Frankenstein

Les lois liberticides signent la fin du « vivre ensemble »

[Les lois liberticides ne sont qu’un symptôme : celui de l’échec de la République, de l’effondrement cataclysmique de son modèle de société, de la fermeture d’une parenthèse absurde ouverte il y a plus de deux siècles. Ces lois entérinent la fin du « vivre ensemble » et annoncent le retour à un réel conflictuel dont la République sera tenue responsable].

 

     Dès le début janvier, nous annoncions (ici et ) que la république profiterait des attentats islamistes pour restreindre les libertés et mieux contrôler les populations. Depuis, des sites internet ont été bloqués, et un projet de loi a été élaboré. Celui-ci sera très prochainement présenté en conseil des ministres. Il donne aux services de renseignements des pouvoirs similaires à ceux d’une police secrète. La loi républicaine va bientôt autoriser les policiers à s’introduire chez vous pour y poser des micros et des caméras, à placer des mouchards sur votre véhicule, des logiciels espions sur votre ordinateur, à intercepter votre courrier électronique et vos SMS, à « aspirer » dans la rue, grâce à un équipement placé dans une valise, les contenus de tous les téléphones et ordinateurs présents à proximité…  Des « boites noires » vont être installées chez les opérateurs de télécommunications et fournisseurs d’accès internet de manière à détecter les « comportements suspects ». Vous ne pourrez plus utiliser votre argent comme vous l’entendez et ne pourrez plus échapper ni au système bancaire, ni au traçage de vos dépenses : les paiements en argent liquide supérieurs à 1000€ seront interdits (en attendant leur interdiction totale).

     Alors évidemment, tout cela est fait au nom du Bien, de la « lutte contre le terrorisme » et contre les « suspects de terrorisme », mais chacun sait que nous serons (que nous sommes) tous concernés. Il faudra à l’avenir bannir certains mots de nos mails, de nos conversations, de nos SMS sous peine de déclencher une surveillance automatique. Il faudra éviter certains sites politiquement incorrects, et pas seulement des sites islamistes. Il faudra éviter certains achats, il faudra se méfier de son écran de téléviseur qui pourra vous observer, il faudra chuchoter...

     Les services de renseignements républicains seront (sont) dotés de moyens de surveillance de la population supérieurs à ceux de la Stasi ou de la Securitate. Si l’on ajoute à ce contrôle des populations, les patrouilles armées dans les rues, les limitations diverses et variées de la liberté d’expression,  la terreur intellectuelle et la « police de la pensée », le contrôle des dépenses de chacun… alors il faut convenir qu’objectivement, si l’on s’en tient à la description des faits, la République se transforme progressivement en un système dictatorial « primitif », de type militaire.

     Ici l’erreur consisterait à penser que ces mesures liberticides sont conjoncturelles et temporaires.

     Elles ne le sont pas pour une raison très simple : elles découlent de l’échec du « vivre ensemble » républicain.

     En construisant une société métissée et hétérogène organisée autour d’un espace public  « neutre » la République pensait créer une sorte de village planétaire harmonieux. Malheureusement, le domaine public n’est pas aussi « neutre » que les courtisans du système le disent (d’une part l’idée d’un domaine public « neutre » n’est pas « neutre » – comment, par exemple, un croyant pourrait-il accepter l’idée que Dieu en soit absent ? - ;  d’autre part ce domaine n’est pas neutre car idéologiquement républicain ; enfin il ne peut être neutre car tout homme aspire naturellement à y projeter son identité). Le domaine public « neutre » est donc l’objet d’une lutte identitaire et politique acharnée dont les récents attentats ne sont que l’épiphénomène. En réaction, pour sauver son système et garder sa prééminence sur le domaine public, la République  est contrainte à restreindre les libertés.

     En résumé : la République a élaboré un modèle de société métissée qui a commencé à s’effondrer (malheureusement le modèle républicain a été exporté dans tout l’Occident. C’est pourquoi tout l’Occident rencontre le même type de problèmes et adopte les mêmes dispositions dictatoriales). Pour grignoter vainement quelques années, la République est dans l’obligation d’employer la manière forte. C’est pourquoi les dispositions qu’elle adopte aujourd’hui ne sont pas temporaires mais sont au contraire destinées à se durcir considérablement. Il va falloir nous habituer à un pouvoir politique totalitaire qui pour notre bien contrôle de manière constante nos propos, nos pensées, nos déplacements, nos biens, nos relations, nos lectures, nos visages….

     Les lois liberticides ne sont donc qu’un symptôme : celui de l’échec de la République, de l’effondrement cataclysmique de son modèle de société, de la fermeture d’une parenthèse absurde ouverte il y a plus de deux siècles. Ces lois entérinent la fin du « vivre ensemble » et annoncent le retour à un réel conflictuel dont la République sera tenue responsable.

 

Antonin Campana

 

Commenter cet article

lafronde 30/03/2015 16:02

Je partage l'inquiétude de l'auteur quant aux intentions du pouvoir républicain. Le front républicain est une fuite en avant devant le réel, en ce sens il est typique du socialisme. Il a encore abusé les français lors du scrutin cantonal d'hier. Quels sont les résultats du front républicain depuis son origine la diabolisation de Le Pen et l'émergence de SosRacisme en 1986-88 ?
Cinq mandatures présidentielles et six mandatures législatives socialistes ou quasi-socialistes ! (Chirac-Sarkozy) Cinq millions de chômeurs officiels, plus tous les RMI-RSA ! Une dette d'Etat représentant six années de recettes, engendrée par un budget en déficit annuel de 30% (le comparer au PIB est une arnaque, le pib n'appartient pas à l'état, pas encore... mais ça va venir).
Donc si le régime républicain est prêt à tous les expédients budgétaires pour rester au pouvoir, pourquoi renoncerait-il aux ressources de l'Etat policier, ou justicier (voir "le mur des cons" du syndicat de la magisrature) pour disperser son opposition ? (l'opposition parlementaire ne s'oppose plus vraiment, et ne bat plus nos libertés)
S'agissant du vivre-ensemble, j'apporterai une nuance. Le vivre-ensemble avec des professionnels venant d'où que ce soit ne pose aucun pb en entreprise, ni en ville pour la résidence, à la condition expresse, qu'ils travaillent, payent leur logement , et assument eux-même la charge financière et éducative de leur enfants. Bref qu'ils soient responsables. Cette population représente une altérité certaine, mais elle ne nous menace en rien. Elle travaille, est solvable, tient ses enfants, les mères sont instruites rejoigne la moyenne française pour la fécondité.
Mais tout autre est l'immigration du socialisme (UMPS), à base de prestations sociales. Celles-ci indexées sur le nombre d'enfants et parfois de femmes, sont dûe dès l'arrivée (ou l'intrusion) sur le sol national. Les édiles locaux sont friands de cette immigration de familles nombreuses pauvres, car leur municipalité perçoit une dotation de fonctionnement supplémentaire. Pour cet argent, nous identitaire pensons qu'ils renient leur patrie, mais de leur point de vue la république étant universelle, ils travaillent à son rayonnement. En fait les républicains et les identitaires ne parlent du même peuple, de la même nation, et l'opinion publique ne le sait pas, donc elle paye ce tribut, qui n'est pas neutre en terme d'activité économique et donc d'emploi marchand. Il reste un travail d'information à faire à ce propos.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents