Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Terre Autochtone

Terre Autochtone

Le blog des aborigènes d'Europe, par Antonin Campana


Du processus d’identification de la République à la France (5/5)

Publié par Antonin Campana sur 18 Mars 2015, 11:43am

Catégories : #Perspectives Autochtones

Du processus d’identification de la République à la France (5/5)
Du processus d’identification de la République à la France (5/5)
(Suite)
En conclusion (provisoire)…
La République a entrepris au début des années 1880 en long travail de persuasion afin d’être spontanément identifiée, dans les cœurs et dans les esprits, à la France.
La République a consciemment manipulé les populations à travers une symbolique à la fois républicaine et patriotique, à travers la réécriture de l’Histoire, à travers des célébrations républicaines et nationalistes, à travers l’idéologie de la revanche… La République a rendu l’enseignement obligatoire et gratuit à seule fin de pouvoir formater les jeunes générations, pour faire à la fois (les maîtres d’œuvre ne s’en cachent pas), de « bons citoyens » et de «bons soldats » au service de la République et de ses idéaux nauséabonds. La République s’est servie de l’armée pour continuer ce travail d’endoctrinement. Et tout cela ne s’est pas fait sans violences :
- Il a fallu épurer le politique : c’est l’objet de la révision constitutionnelle de 1884.
- Il a fallu rendre impossible le ralliement des français aux anciennes dynasties : c’est l’objet de la loi d’exil de 1886.
- Il a fallu épurer l’administration et la magistrature : c’est l’objet des fichages et des circulaires.
- Il a fallu épurer l’école du personnel congréganiste : c’est l’objet des lois scolaires.
- Il a fallu épurer l’Armée : c’est l’objet des promotions au « mérite »... politique.
Souvenons-nous :
- La République s’est servie de l’école pour inculquer par la contrainte son idéologie et faire ainsi de « bons citoyens »
- La République s’est servie de l’idéologie de la Revanche pour fanatiser des enfants et les incorporer dans des bataillons scolaires (un « dressage préliminaire » disait le très républicain général Farre. Sans doute voulait-il dire « préliminaire à la grande boucherie » ?).
- La République a détourné le sentiment patriotique pour envoyer de jeunes français conquérir à son profit un empire. Combien de morts pour les « trois couleurs de l’Empire » ?
- La République a détourné le sentiment d’appartenance pour que de jeunes Français conditionnés se fassent bientôt tuer dans une guerre absurde dont la République sortira idéologiquement vainqueur mais la France démographiquement vaincue.
La capacité de la République à s’identifier à la France a largement reposé sur l’Ecole. Ferry ne s’était pas trompé : l’Ecole peut changer en quelques générations « les habitudes et les idées des populations ». Il avait raison aussi lorsqu’il pressentait que grâce au conditionnement politique des plus jeunes, la République, bientôt, « n’aura plus rien à redouter ». Mais quelle étroitesse morale !
Nous pouvons considérer qu’en 1918 le processus d’identification est arrivé à son terme. Pour tous les Français désormais, L’Armée est, sans contestation, à la fois « française » et « républicaine », ainsi que l’Ecole, la Justice, la Police, l’Assemblée, les institutions… Plus personne ne conteste vraiment, après l’hécatombe de la première guerre mondiale, que la République "est" la France et peut donc disposer de la nation séculaire comme bon lui semble. De fait, le temps de l’Affaire paraît bien lointain, le cléricalisme n’est plus qu’un fantasme, le « péril » monarchiste ou boulangiste est définitivement écarté. Désormais, la République est « française », mais la France, réduite à la République, ne sera plus qu’une image falsifiée d’elle-même.
Antonin Campana

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents